Micro-entrepreneurs : ce qui change en 2018

2018 sera une année de changements pour les micro-entrepreneurs. Alors quels sont les grands points à retenir ?

Les cotisations sociales vont baisser l’an prochain

Les cotisations sociales ont souvent été sujet de discordes pour les entrepreneurs qui souhaitaient créer une micro-entreprise, d’autant qu’elles représentaient une perte plus ou moins importante sur le revenu net des micro-entrepreneurs. En 2018, cela va changer...les charges devraient baisser et notamment les cotisations familiales et celles concernant les maladies. Ces réformes toucheraient 75% des micro-entrepreneurs.

Concrètement, qu’est-ce que cela veut dire ?

Chaque année, si le micro-entrepreneur obtient un revenu mensuel équivalent au SMIC, il pourra gagner en plus 270 euros. En cas de forte activité avec un revenu d’environ 2400 euros par mois, le micro-entrepreneur verra ses revenus augmenter de 550 euros par an.

Le plafond du chiffre d'affaires va doubler en 2018 

Le plafond de chiffre d’affaires du régime simplifié de la microentreprise va doubler en 2018. Actuellement, le micro-entrepreneur doit, au-delà d'un certain chiffre d'affaires, passer de la micro-entreprise, qui a un régime fiscal et social simplifié, à celui de l'entreprise classique. Le seuil est compris entre 33.200 à 82.800 euros en fonction du type d'activités exercées. L'an prochain, il s'agirait de faire bénéficier davantage d'entrepreneurs individuels de ce régime micro-social et micro-fiscal. 

Quels risques dans la microentreprise ?

Se lancer en tant que micro-entrepreneur n’a pas que des avantages. Comme pour toutes les entreprises, il se peut qu’un jeune micro-entrepreneur peine à démarrer, à créer une clientèle en fonction de l’activité, et à la fidéliser. Dans ce cas, il faudra s’armer de patience ! Il faut aussi prendre le temps de préparer son activité. Pour y remédier : faites une étude de marché par exemple, recherchez qui sont vos concurrents, les secteurs qui marchent, définissez votre cible...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.