Municipales 2020 au Mans (Sarthe) [2] Onze listes pressenties

Les élections municipales 2020 (15 et 22 mars) au Mans s'annoncent indécises au premier tour, car le record local de listes déposées atteint désormais onze listes. Focus sur leur répartition politique.

Même s'il y a possibilité de faire acte de candidature jusqu'au jeudi 27 février, il semble que le 15 mars 2020 les Manceaux auront le choix entre onze listes pour élire leur futur conseil municipal sur l'échéance 2020-2026. De gauche à droite :

  • Faire entendre le camp des travailleurs (Lutte Ouvrière), menée par Yves Cheère.
  • Le Mans en commun (FI, PG, PCF et Ensemble !), menée par Marie James.
  • Choisir l'écologie pour Le Mans (EÉLV, GÉ, CAP21, G·s), menée par Isabelle Sévère.
  • De l'audace et du cœur pour Le Mans (PS dissident), menée par Marietta Karamanli.
  • Liste du maire sortant (PS), menée par Stéphane Le Foll.
  • Ensemble Autr'Mans (LREM dissident), menée par Audrey Dolo-Canal.
  • Le Mans, on y gagne ! (LREM, MoDem, UDI), menée par Gilles Guerchet.
  • Réveiller Le Mans (LR), menée par Emmanuel Bliquez.
  • Unis pour Le Mans (UPR), menée par François Meril.
  • Demain Le Mans (LMPT), menée par Julien Geffard.
  • Bâtissons Le Mans (RN, PCD, CNIP, DLF), menée par Louis de Cacqueray-Valmenier.

Contrairement à 2014 et aux élections précédentes, le pluralisme se rencontre avant tout à droite (6 listes sur 11). Ainsi, la principale liste d'extrême-droite rassemble plusieurs entités locales autour du Rassemblement National local (le Parti Chrétien-Démocrate, le Conseil National des Indépendants et Paysans et des militants de Debout la France), sauf certains issus de La Manif pour Tous qui ont préféré lancer leur propre candidature à la suite de la création en 2019 de l'association à but politique "Demain ma ville, des idées nouvelles pour Le Mans". La droite souverainiste est représentée par une figure locale de l'Union Populaire Républicaine de François Asselineau qui prône, comme aux législatives, de présenter des candidats dans un maximum d'endroits dans une stratégie cohérente d'indépendance partisane. La droite libérale-conservatrice des Républicains a confié sa liste à une nouvelle figure locale déjà rompue au travail politique, qui se veut représentant de la droite, du centre et de la société civile et qui est suivi par la plupart des conseillers municipaux LR sortants. Enfin, le centre-droit est lui aussi divisé entre une liste officielle soutenue par les trois partis de la majorité présidentielle et législative (La République en Marche, Mouvement Démocrate, Union des Démocrates et des Indépendants) et une liste dissidente soutenue par la députée sarthoise Pascale Fontenel-Personne.

Au centre-gauche, tout d'abord les primaires du Parti Socialiste local ont encore mené à une dissidence : Stéphane Le Foll a le soutien officiel du Parti Socialiste, mais Marietta Karamanli lance également sa propre liste, soutenue par quelques élus de la majorité municipale actuelle issus du PS ou d'EÉLV. De plus, la première adjointe au maire de la majorité actuelle, Isabelle Sévère, présente cette fois-ci une liste indépendante du maire sortant, à la suite de l'envie nationale d'Europe Écologie - Les Verts de pousser des initiatives locales autonomes ; cette liste éest également soutenue par plusieurs formations qui veulent concilier capitalisme et écologie. Ces trois listes de centre-gauche se disputent sur des thèmes très proches de social-écologie. En revanche, la gauche écosocialiste s'est unie autour du projet Le Mans en commun grâce à des collectifs citoyens et la gauche anticapitaliste n'est représentée que par une unique liste, celle de Lutte Ouvrière (le Nouveau Parti Anticapitaliste, notamment le NPA Jeunes, est pourtant présent localement, mais ne présente toujours pas de listes aux municipales). Ces deux listes de gauche s'appuient largement sur les mouvements sociaux de ces derniers mois afin de contrer les projets néolibéraux actuels par des politiques de service public renforcé et de réduction des inégalités sociales. Encore une fois, l'une des inconnues au sein de la gauche mancelle est la position qu'adoptera le PCF local : la base mancelle a largement participé à la constitution de la liste Le Mans en commun, toutefois certaines figures locales faisaient jusqu'ici partie de la majorité municipale de Jean-Claude Boulard puis Stéphane Le Foll.

Avec ces onze listes annoncées, les incertitudes se concentrent donc dans le couloir central : le centre-droit et le centre-gauche partent tous deux divisés et bien malin celui qui peut d'ores et déjà prévoir comment va se comporter la majorité municipale dans une campagne qui tarde à s'installer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.