Municipales 2020 au Mans (Sarthe) [3] Thèmes de campagne

Les dimanches 15 et 22 mars, les Mancelles et Manceaux éliront leur nouveau conseil municipal ; les principaux thèmes de la campagne électorale commencent à se décanter.

Il est souvent compliqué de résumer à peu de thèmes une campagne électorale, surtout municipale ; malgré cela, dans une grande ville comme Le Mans (environ 140 000 habitants), ayant une histoire avant tout ouvrière et sortant d'une période d'une quarantaine d'années sous une majorité qui a peu évolué dans ses fondamentaux (Robert Jarry fut maire de 1977 à 2001, Jean-Claude Boulard fut maire de 2001 à 2018 et président d'intercommunalité de 1983 à 2018), il y a forcément des thèmes "classiques" qui marquent d'ores et déjà la campagne électorale. En voici quatre qui semblent émerger.

 

Les transports

Alors que plus grand monde ne remet en cause le bien-fondé du tramway manceau et que plus grand monde non plus n'envisage de créer une autre ligne en plus deux existantes, la question des transports reste fondamentale dans une des communes les plus étendues de France alors qu'elle n'est que la 23e en population. Quelles sont les nouvelles possibilités de transports qui peuvent être apportées aux Manceaux ? Beaucoup pointent son faible réseau de pistes cyclables, certains aimeraient (en lien avec d'autres projets de grande ampleur) construire une deuxième ligne de "Tempo" (bus à haut niveau de service, c'est-à-dire ayant sa propre voie), d'autres voudraient multiplier les places de parkings en périphérie mais aussi et surtout en centre-ville, enfin il y a aussi la possibilité d'ouvrir davantage les réseaux urbains et suburbains à toutes les populations afin de vraiment réaliser une transition à une échelle plus vaste. Ces différents choix ne favorisent pas les mêmes modes de transports, il y a là d'évidents choix de société à faire.

 

L'influence locale des politiques nationales

Y aura-t-il un lien entre les vastes mouvements sociaux qui activent le pays depuis plusieurs mois et l'élection mancelle ? Si oui, lequel ? Difficile de préjuger sur ce thème, car seules deux listes se réclament de ces mouvements sociaux, les autres ne cherchant que d'assez loin à répondre à d'éventuelles attentes. Il n'empêche que les différentes réunions de campagne qui sont d'ores et déjà organisées abordent la question des Gilets Jaunes et de la contre-réforme des retraites, alors même que cela relève le plus souvent de d'autres pouvoirs que celui du conseil municipal.

 

La démocratie

Alors que l'exécutif local a très souvent eu tendance à ressembler à l'exécutif national ou à créer des petites "baronnies" électorales, la démocratie est aussi en question. Elle s'installe d'autant plus dans le débat que certains aménagements sont lancés contre l'avis général, au Mans il s'agit par exemple de projets immobiliers rasant le peu de bois urbain restant ou bien du fameux projet de Béner (entre Le Mans et Yvré-l'Évêque) où est censé se construire (permis délivré en 2017) un énorme complexe de 35 hectares, comprenant au moins un Ikéa de 25 000 m², plus de 700 places de parkings et un Leclerc de 35 000 m² (qui ne fera que déménager depuis la zone Nord), avec restaurants, boutiques, etc., les petits "problèmes" étant que cela grignote sur les dernières terres agricoles contenues à l'intérieur de la couronne périphérique mancelle et que cela fragilisera encore les commerces du centre-ville et des autres zones périphériques existantes. La prise en compte de logiques plus locales pour le bien-être de ceux qui vivent sur place est une clé pour comprendre autrement le mot "démocratie", plutôt que le comprendre comme "voter, puis se taire" comme c'est le cas dans les deux exemples ci-dessus.

 

La sécurité ?

Il y a de quoi se poser la question de la pertinence (autre que politicienne) de ce thème très droitier. Les médias locaux en viennent enfin à parler davantage de "sentiment d'insécurité', plutôt que de véritable insécurité, car finalement bien peu d'indices autres que le ressenti viennent étayer la thèse d'une vaste demande sécuritaire au Mans. Ainsi, toutes les nuances de droite locale (du RN au PS) envisagent la sécurité du point de vue du renforcement logistique des "forces de l'ordre" en présence. Ainsi, l'équipement en caméras de surveillance est déjà en augmentation régulière depuis plusieurs années : pour une ville de la taille du Mans, cela peut sembler déjà suffisant ; pourtant, la proposition d'en augmenter le nombre, ou bien d'en augmenter l'utilisation fait son chemin dans cette campagne électorale. De même, la police municipale et ses 30 agents est un enjeu qui prend de l'importance ; quasiment tous les mouvements prônent d'en augmenter le nombre, mais pas dans le même but : les mouvements de gauche valorisent les patrouilles de proximité et plutôt la nuit, alors que les mouvements de droite ont plutôt tendance à vouloir augmenter la présence en centre-ville et surtout à les armer davantage, Stéphane Le Foll ayant d'ores et déjà passé commande de "tasers" pour équiper cette police municipale...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.