boudinovitch
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

2 Éditions

Billet de blog 6 nov. 2015

Une lettre d'OURAGAN

boudinovitch
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite à mon précédent billet, j'ai reçu cette lettre d'un territoire voisin.

Bonjour Jean Pierre.

Je me présente, ancien chevrier à la retraite, je coordonne dans ma région les informations sur les attaques de loups afin que les éleveurs puissent se protéger plus efficacement. Je fais partie d'un réseau comprenant de nombreux acteurs du milieu agricole et d’ailleurs. Réseau qui s'est donné la lourde tache de maintenir le pastoralisme dans nos montagnes, en luttant contre l'ensauvagement, lubie à la mode pour nos citadins en manque de reconnaissance.

Quel surprenant article vous nous avez écrit là avec « la revanche d'Ysengrin ! » Comment, un journaliste (?) peut-il maîtriser à ce point la réalité du problème ? A ma connaissance, c'est du jamais vu . Aucun politique, responsable environnemental, militant écologiste, professeur d'école, intervenant, animateur de parc animalier... ne peut prétendre aujourd'hui connaître le sujet aussi bien que vous. Et encore moins en parler d'aussi compréhensible manière. La plupart de ceux qui défendent le loup étant de toute façon aveuglés par l'idéologie. C'est d'ailleurs une de mes principale revendication : « Posons nous la véritable question de savoir pourquoi vouloir réintroduire des loups dans les zones d'élevage des pays à fortes densité humaine? » comme vous le faites si bien remarquer ! J'y travaille tous les jours dans mon blog

http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/

Après les éloges quelques remarques quand même : Vous dites : « En gros : les éleveurs de bétail, (vaches, chèvres, moutons) et leurs proches détestent le loup ». Si moi, j'ai bien compris que vous faites allusion à ce que voudrais faire croire les défenseurs du loup à la population par l’intermédiaire des médias, le lecteur lui risquera de faire l’amalgame avec une vérité, qui si aujourd'hui, touche un grand nombre d'entre nous, n'était pas de mise au début de la colonisation. En effet, nombre d’éleveurs et bergers étaient prêts à participer à la cohabitation, d’autant que le discours accompagnant la réintroduction était apaisant et laissait sous entendre la solidarité entre les différentes parties prenantes.

Malheureusement, la réalité fut tout autre, et la stigmatisation des ruraux par les « écologistes » avec entre autre la transformation des victimes en coupables de ne pas savoir protéger leurs troupeaux, a fortement participé au rejet de toute possibilité de cohabitation. Une cohabitation qui de toute manière s'avère totalement utopique au vue de l'évidente opportunité du prédateur qui recherchera toujours le plus facile pour lui. On peut aisément le comprendre et aussi le revendiquer pour l'humain, en particulier pour ceux qui prônent le retour du tout sauvage !

: « Les loups français ont donc réapparu au début des années 1980, en provenance d'Italie, du fait de la croissance des effectifs italiens. ». La, il y a beaucoup à dire, et les Italiens ne sont absolument pas d'accord avec cette évidence pour les militants Français qui affirment que le loup vient des Appenins ! Dans le Nouveau Plan de conservation et de gestion du loup en Italie, On lit page 7 : « Alors que la population Apenninique se trouve entièrement sur le territoire italien, la population alpine se trouve en continuité démographique, génétique et écologique avec les loups présents dans les Alpes françaises et suisses. » certains spécialistes, comme Franco Zunino président de l'A.I.W., consultant UICN, naturaliste pro loup,sont encore plus direct : « ils ne proviennent pas des Apennins mais des Alpes, c'est à dire de la souche à partir de laquelle la population s'est constituée après les libérations répétées faites sur le versant français de la part des amoureux de cet animal, qui pour l'avoir n'ont pas hésité à libérer ceux qu'ils détenaient dans leurs propres enclos d'au-delà des Alpes, sans faire dans la finesse quant à leur pureté génétique et à la provenance géographique,.... » http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2015/10/loup-en-italie-aussi-les-autorites.html

:« Seulement, lorsque le troupeau est attaqué quatre fois, cinq fois durant la nuit, chaque nuit, durant six semaines, les chiens sont épuisés, amaigris –et les bêtes aussi. » A cela il faut rajouter les conclusions du centre d'études et de recherche du pastoralisme qui précise que si les attaques sont récurrentes, les chiens finissent par se soumettre à la meute de loup, et la situation devient alors inextricable. Quoiqu'il en soit, merci de la part de ceux qui soufrent de la prédation. Un article qui met du baume au cœur de ceux qui se sentent abandonnés par les institutions et stigmatisés par les évangélistes du tout sauvage. Cordialement,

Ouragan.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade