boudinovitch
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

2 Éditions

Billet de blog 7 avr. 2015

L'énorme racket de la « sécurité routière »

Une dame de mes amies n'a plus de permis de conduire. Son stock de points épuisé, elle en a reçu l'avis le mois dernier, avec la liste, date et lieu des infractions.

boudinovitch
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une dame de mes amies n'a plus de permis de conduire. Son stock de points épuisé, elle en a reçu l'avis le mois dernier, avec la liste, date et lieu des infractions.

Elle a perdu douze fois un point, dans les deux dernières années. Il s'agissait à chaque fois de terribles transgressions comme ceci, qu'elle me montre : « Vous avez été contrôlée à 97 km/h sur une route limitée à 90 km/h. Tolérance 5km/h, vitesse retenue, 92km/h » 45 euros, un point .

Madame H. vit en Lozère. Elle conduit depuis 43 ans et n'a jamais eu aucun accident. Elle a soixante douze ans et vit seule, retraitée de la fonction publique à quarante kilomètres du plus proche hôpital.

Je fais valoir à mon amie qu'elle est coupable, au moins de ne pas s'être inquiétée plus tôt : elle pouvait faire « un stage » pour pas cher (autre racket), et récupérer ainsi des points !

Elle me répond qu'en effet, elle se sent coupable de cette négligence : elle ne pouvait pas croire qu'on retirerait le permis à une personne comme elle, qui, toute modestie mise à part, conduit de manière remarquablement prudente. Son fils l'avait prévenue, d'ailleurs.

Un fils moins prudent, qui conduit vite et qui, pour cette raison, n'a jamais perdu un seul point : ça fait longtemps qu'il sait où sont les radars et où peuvent se situer les contrôles volants.

Mon amie H. est donc allée en préfecture rendre son vieux permis de conduire. On lui a expliqué comment elle pourrait, dans six mois, repasser le code après avoir subit quelques examens médicaux physiques et psychologiques.

Pour le moment, elle est plutôt d'avis de vendre sa voiture, de renoncer à ce moyen de transport et d'utiliser les transports en commun : « C'est plus écologique » dit-elle.

Et plus économique : sa voiture, payée par mensualités, plus l'essence, l'assurance, l'entretien et éventuellement une prune tous les deux mois, c'est un budget de 450 euros, le quart de sa retraite.

J'ai raconté l'histoire de H. à un collègue en parlant de « racket ». Goguenard, il m'a répondu « Ah, mais c'est la loi, et ça sauve des vies ! ». Argument très fort. 

Pour ma part, je vis entre le 04 (un département peu peuplé) et le 13. L'autoroute entre Aix et Marseille était limitée à 110km/h. Depuis un an (environ) elle est limité à 90km/h. Absolument toutes les personnes que je connais, même les jeunes qui sont « prudents » (les personnes prudentes sont, je le rappelle, celles qui notent où sont les radars), ont perdu des points sur ce tronçon. Dans Marseille même, il y a des tunnels, limités à 50, ou 60km/h. On y voit passer des gens à 80 ou davantage, et si vous respectez la limitation, on vous klaxonne aux fesses, comme pour dire « Avance, abruti, y a pas de radar sur ce tronçon !!! le radar est plus loin !!! ».

Je n'ai aucune idée de ce que rapporte ce racket (oui, je maintiens le mot), mais ça doit être quelque chose …

Il est vrai que « Cela sauve des vies ». Comment contredire quelque chose d'aussi fort ? Des savants évaluent que, par exemple, doubler la tolérance (au lieu de 5km/h, passer à 10km/h) pourrait entrainer un certain nombre de décès de plus par an. Vous vous plaignez ? Assassin ! 

Les mêmes savants ont prouvé statistiquement (ou plus exactement par un raisonnement qui s'appuie sur les statistiques pour calculer des probabilités) qui si on réduit de 90 à 80km/h la vitesse maximale sur les routes, le nombre de morts diminuera d'environ 120 par an. Et vous voudriez accélérer ? Assassin ! 

Il faut une sacrée dose de cynisme pour contester des raisonnements aussi poignants. Invoquant Diogène, patron des cyniques, qui n'était pas si mauvais, osons toutefois nous poser quelques questions.

S'il faut sauver des vies, pourquoi ne pas taxer (comme en Scandinavie) les alcools ? Non seulement l'alcoolisme tue dix ou vingt fois plus de gens que la route, mais beaucoup d'accidents de la route sont dus à l'alcool.

S'il faut sauver des vies, on peut également faire un véritable effort pour éviter que les jeunes entrent dans le tabagisme (qui tue, également, dix fois plus que la route).

OUI, peut-on me dire, mais les alcooliques et les gros fumeurs sont responsables, alors que sur la route, meurent des innocents

Bon. Mais revenons à la route.

Si l'on réduit la vitesse de 100 à 90, on gagne X vies (statistico-probablement) et si on réduit de 90 à 80, on en gagne encore Y, puis, de 80 à 70, Z etc, jusqu'à interdire complètement l'usage de la voiture (les écolos seront contents, les industriels, moins), de manière à avoir 0 morts sur la route. Mais cet objectif est difficile à atteindre car il y a encore des accidents en transports en commun : bus, cars, trains, avions.

Tant que les gens roulent, n'importe quelle personne de bonne foi reconnaît que, si l'on n'est pas un expert es position des radars, on se fait gauler de temps à autre. C'est ainsi que plusieurs centaines de milliers de gens perdent leur permis (j'en ignore le nombre exact) et que des dizaines de milliers d'entre eux (ou davantage ?) roulent sans permis.

Certains, perdant leur permis, ont perdu leur emploi.

Il y a (encore!) environ dix fois plus de suicides que de morts sur les routes, chaque année. Combien sont dus à la perte d'emploi ? Peut-être la moitié ? Et parmi ceux-là, combien ont perdu leur emploi parce qu'ils ont perdu leur permis ? Un sur cent ? Ah, ça fait déjà plus de morts que ceux économisés par la limitation supplémentaire de vitesse !

C'est ça le problème avec les raisonnements statistico-probabilistes : ils sont infiniment trucables et ne servent pas à montrer, mais au contraire à mentir. La perte du permis est évidemment un facteur de mortalité indirecte : difficulté pour joindre un hôpital, difficulté pour travailler, difficulté familiale, etc. Le calcul des « vies sauvées » n'en tient aucun compte.

Revenons à nouveau sur la route.  Soit A le nombre de morts causés par les gens qui, sur une route sûre, limitée à 90, ont été flashés à 96km/h ? Soit P la proportion de ces décès sur le nombre total annuel de décès.

Soit B le total de la recette des amendes relatives aux infractions mineures (comme ci-dessus). Soit Q le proportion de cette recette sur la recette totale.

Je crois deviner que P est « petit » (au pif : moins de 1%) et Q, « grand » (au repif : 80%).

Houlala ! S'agirait-il vraiment d'un pur racket ? Mais c'est à vérifier... 

C'est qu'il s'agirait d'affiner l'analyse ! 

Combien d'accidents sont dus à l'alcool ? Combien sont dus à la circulation de camions dont les conducteurs se sont endormis ? Combien sont dus aux grands excès de vitesse, aux gens qui, sur une route nationale sinueuse, dépassent sans visibilité ? Combien sont dus à des motards qui doublent à gauche, ou à droite, roulent à deux fois la vitesse autorisée (et meurent beaucoup plus que les automobilistes) ?

Il est possible d'agir sur certains de ces facteurs. Par exemple en réglementant beaucoup mieux la circulation de camions.

J'émets l'hypothèse suivante : ce qui rapporte à l'état, ce sont les petites infractions, qui ne tuent pas. Ce qui tue, ce sont les conduites à risque, rarement épinglées, qui rapportent peu à 'Etat.

Quel serait l'impact sur la mortalité de la route d'une philosophie qui réprimerait fortement les véritables conduites à risque, et seulement celles-là ?

Mais ? Ais-je posé la bonne question ? Ou serait-ce plutôt celle-ci :

Quel serait l'impact sur le budget de l'état d'une philosophie qui réprimerait fortement les véritables conduites à risque, et seulement celles-là ?

Bien sûr, je me suis livré dans ce texte à de simples hypothèses, de simples spéculations sans preuves. Je les donne à chacun pour qu'il en nourrisse sa réflexion. Substituer à mes questions obscènes une véritable étude, voilà cela ferait un excellent sujet de thèse de sociologie. Mais je ne recommande à aucun étudiant de le choisir...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement