boudinovitch
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

2 Éditions

Billet de blog 24 avr. 2014

Je suis un social-démocrate

boudinovitch
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque nos médias s'esbaudisent du plan Hollande, Ayrault, Valls, dit "pacte de compétitivité" qui offre quelques dizaines de milliards aux grandes entreprises, ils résument l'affaire en écrivant "François Hollande assume un virage Social-Démocrate".

L'oubli du sens des mots et plus spécialement l'oubli du sens originel des mots fait partie, selon George Orwell dans "1984" des moyens de la tyrannie absolue.

Il y aurait donc, de gauche à droite, le communisme, le socialisme, la social-démocratie, le social-libéralisme, la démocratie sociale, etc (plus à doite, la confusion est d'une autre nature).

Je propose un "choc de simplification", moi aussi. Il y a ceux qui sont favorables à "la loi du marché", c'est à dire à la soumission absolue aux voracités du Capital, et ceux qui sont favorables au renversement de la dictature du capital.

Donc seulement deux partis. 

En première approximation, il me semble que nous avons, dans le premier camp, le PS, l'UDI, l'UMP et (de manière sournoise et dissimulée) le FN.

Dans le deuxième : le FdG, le NPA et probablement quelques autres groupes politiques.

Et les Verts me direz-vous ? Pour les verts, c'est compliqué. En fait c'est compliqué pour presque tous les partis du deuxième camp. On peut admettre, allez, que le NPA est clairement pour le renversement du pouvoir du Capital. Pour le PCF, c'est plus difficile à dire. C'est un parti qui, par moments, ne sait plus "où il habite", mais enfin, en gros, on doit considérer qu'il est anti capitaliste. On doit pouvoir affirmer la même chose, même peut-être en s'exprimant de manière plus nuancée, pour le PG. En ce qui concerne le PS, il est possible que certains adhérents du PS soient anticapitalistes, même si la direction est très largement purement pro capitaliste. Et alors les Verts... vous imaginez mon embarras. Mais enfin, pas mal d'écologistes comprennent que tant que les lois "du marché" domineront, l'environnement n'a aucune chance...

Mais je reviens sur ce mot "social-démocrate" pour le défendre. Les mots ont tellement dérivé durant le dernier siècle ! Les "Socio-démocrates", de 1880 à 1914, c'était les Socialistes, favorables à la propriété collective des moyens de production. Bien évidement, favorable au renversement du pouvoir du Capital.

Les "socio-démocrates" se donnaient comme moyens d'action le vote, la grève générale, les manifestations. Ils s'opposaient aux Blanquistes (qui voyaient la "prise du pouvoir" comme le résultat d'un "coup de main") et aux anarchistes. Ils étaient (en gros) marxistes et si on les avait appelés "communistes" cela ne les aurait pas effarouchés. Mais il s'agissait plutôt d'un épouvantail agité par la bourgeoisie : "les collectivistes". Comme, aujourd'hui, on dit "les populistes".

Le type du social-démocrate était Jean Jaurès. Il se disait socialiste indépendant, pour se tenir à l'écart de polémiques parfois abstraites et sectaires animées par Jules Guesde. Jean-Jaurès était favorable à l'abolition du patronat et du salariat. C'est à cette époque que la Confédération Générale du Travail a adopté la Charte d'Amiens, dans laquelle d'une part, elle s'affirme indépendante des partis, et d'autre part, se donne pour objectif, elle aussi, la fin du patronat et du salariat.

Les choses se sont compliquées avec la question de la participation (de Millerant) à un gouvernement "bourgeois". Cette participation s'est révélée une profonde capitulation, et Millerant a terminé sa carrière en bourgeois "de droite". Jaurès avait été défavorable à la participation de Millerant, mais finalement, il l'a défendue.

Et puis les socio-démocrates français et allemands (même les plus "durs" comme Jules Guesde) ont voté les crédits de guerre en 1914 ce qui, étant données les conséquences, doit être considéré comme un crime tout à fait impardonnable. Personne ne peut savoir si Jaurès aurait finalement lui aussi capitulé, puisqu'il a été assassiné. Toujours est-il que Jaurès ne s'est JAMAIS déclaré favorable au vote des crédits de guerre.

Ensuite la dégringolade de la SFIO a été rapide. 25 ans plus tard, la majorité des députés socialistes votaient les pleins pouvoir à Pétain. 10 ans après, Guy Mollet dirigeait la répression en Algérie, etc.

Mélenchon dit qu'il est un jauressien. Ça tient la route. Social-démocrate, au sens de 1900-1914, n'est certes pas une injure : c'était, à l'époque, de VRAIS socialistes, ni sectaires, ni opportunistes. Ils ont trébuché sur la question de la participation de Millerant, et puis ils se sont flingués avec le vote des crédits de guerre.

Mélenchon a dit qu'il ne participerait qu'à un gouvernement qu'il dirigerait, ou bien où sa tendance serait majoritaire. Vu sous cet angle, ce n'est pas une participation "à la Millerant"...

Ce qui est certain c'est qu'on est pour "la loi du marché" (c'est à dire la dictature du capital) ou bien on est pour le renversement du pouvoir du capital. Je ne crois pas qu'il y ait de "troisième voie" et depuis cent ans au moins, personne n'en a trouvé...

 Ici, ou bien là. C'est la question qu'il faut poser aux adhérents et aux dirigeants de "Nouvelle Donne", histoire de voir si ce ne serait pas plutôt "Vieille Combine". Il faut unir le plus largement possible... ceux qui sont opposés à la dictature du capital.

Alors moi, je ne me sens pas (plus) pleinement marxiste. Je crois que la démocratie (au sens de Jacques Rancière, une force, plus qu'une forme) peut renverser le pouvoir absolu du Capital, mais je ne crois à aucune FIN DE L'HISTOIRE. Autrement dit, un certain degré d'inégalité (le facteur 20 proposé par le FdG) dans les salaires et dans les patrimoines, me semble acceptable, et l'initiative privée, l'entreprise à taille humaine, me parait compatible avec une société vivable. Le mot "social-démocrate", me va. Je suis Social-Démocrate !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour font part de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet
Journal — Enseignement supérieur
Universités : le renforcement « systémique » promis par Macron cache mal un projet de privatisation
Le quasi-candidat Macron a souhaité jeudi une réforme « systémique » des universités. Derrière la promesse de les rendre « plus fortes » et de casser la concurrence avec les « grandes écoles », il a posé, en creux, les jalons d’un projet de privatisation.
par Martin Clavey

La sélection du Club

Billet de blog
Il faut considérer avec pragmatisme la candidature de Jean-Luc Mélenchon
Accepter que la candidature de Jean-Luc Mélenchon soit la mieux placée pour amener la gauche au second tour permettrait d'accélérer les funérailles du vieux monde. Les électeurs et les militants des partis de gauche peuvent aujourd'hui faire un choix pragmatique, que leurs représentants n'ont pas su (ou pas pu) faire, en vue de mieux se projeter collectivement dans l'avenir.
par Electeurdegauche
Billet de blog
La Primaire Populaire confirme l'échec : un autre Hamon est possible
Ce collectif, qui avait pour ambition originelle d'organiser une grande primaire de l'ensemble de la gauche, se retrouve après plusieurs déconvenues à muter vers une nouvelle formule s'apparentant désormais à un simple vote de consultation présentant une sélection discutable des candidats de "gauche" (dont certains qui refusent) et ce afin de simplement obtenir l'investiture de l'organisme.
par Eliot Thibault
Billet de blog
Gauches : réveillez-vous !
Vous êtes-vous comptés ? Vous êtes-vous parlés ? Vous êtes-vous sincèrement interrogés ? Nous sommes des millions à nous poser ces questions : pourquoi font-ils, pourquoi font-elles, toutes et tous, cela ? Pourquoi sont-ils,  pourquoi sont-elles, à ce point aveugles ? Appel désespéré d'un électeur de Gauche...
par Daniel Vailleau
Billet de blog
En état de mort cérébrale, que reste-t-il à attendre du Parti Socialiste ?
Incapable de produire la moindre idée, le PS ne peut que se reposer sur ses gloires passées et les petites manoeuvres de ses dirigeants pour conserver leur poste. Le parti ne suscite à gauche que mépris, ou pire, indifférence, et sa défaite annoncée pourrait être une nouvelle étape vers sa disparition. Mais serait-ce si grave ?
par Gauche Pinard