Vingt semaines pour éviter la catastrophe politique et environnementale

Le projet de François Fillon est un projet de guerre sociale. Cette droite porte le véritable projet social et politique de l'extrême-droite. Tandis que le parti des Le Pen est encore dans la feinte, la vieille droite française fait savoir ses véritables intentions : ramener le peuple français au XIXème siècle.

Ne rien laisser, en particulier des conquêtes sociales du XXième.

Détruire la Sécurité Sociale. Détruire les services sociaux. Faire revenir la durée du travail à ce qu'elle était en 1910. Faire baisser drastiquement le « coût » du travail en jetant des millions de chômeurs dans les tenailles de la faim. Comme l'écrivait l'économiste Paul Jorion : il s'agit, pour être compétitifs, que le salaire horaire français soit au niveau de celui du travailleur du Bengla-Desh. La vieille droite française croit saisir son heure : celle où les riches vont se gaver. Ils exultent dans les beaux quartiers.

L'imposture « sociale » du Front National va exploser. Ses cadres rejoindront la bande de Fillon.

Ils savent qu'ils déclencheront des résistances désespérées et ont déjà calculé comment les briser avec la police et s'il le faut, l'armée.

Ils sont disposés à mettre en pièces la paix civile. La catastrophe sociale se doublera nécessairement d'une catastrophe démocratique. Ils mettront toute les médias, qui n'y sont que trop disposées, à leur pieds.

Ils domestiqueront l'Ecole pour la réduire aux seuls besoins du profit.

Ils donneront toute puissance au lobby nucléaire, au lobby de la chimie, au lobby pharmaceutique. La catastrophe sociale et démocratique sera une catastrophe environnementale. Les riches ne se soucient pas de l'environnement. Les parasites ne se soucient pas de l'hôte.

Pourquoi peuvent-ils tenter ce coup ?

Parce qu'il n'y a plus de gauche politique. Le quinquennat des Hollande et Valls laisse l'expression politique de la gauche en pièces. Tout le monde le sait : Hollande et ses ministres ont aggravé la politique de Sarkozy contre laquelle ils ont été élus. La majeure partie de leurs électeurs les vomissent désormais.

L'alliance de la vieille et de l'extrême droite tente ce coup de force en pariant qu'il n'y aura rien en face d'elle aux élections de 2017.

Seul un sursaut populaire peut barrer la route au désastre, et il est parfaitement évident que le peuple ne peut se rassembler massivement autour de ceux, Hollande et ses ministres (Valls, Macron, Montebourg) qui ont préparé et causé ce sinistre avènement.

Nous avons devant nous vingt semaines pour tenter une riposte, avec la France Insoumise et la candidature de Jean-Luc Mélenchon, dans les villes et les campagnes de France, avec tout ceux qui n'acceptent pas la guerre sociale et la défaite du peuple, le joug de la classe des riches et des ultra riches, la froide dictature de Big Brother Capital, la soumission pour des décades.

Chaque heure compte !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.