Les jeux sont-ils faits en matière de politique publique ? L'exemple scandaleux d'un projet de port anti-écologique en Vendée.

Je parle au nom d'une association de vigilance écologique de 1200 personnes, née en 2003, dans le but de mettre en évidence les atteintes irrémédiables sur l’environnement qui seraient engendrées par la réalisation d’un projet municipal de construction d’un port de plaisance de 1000 anneaux, sur un site à la fois préservé et dangereux, à Brétignolles-sur-mer, Vendée (cf. rapport du cabinet d’étude d’impact SOGREAH 2003). Après 7 ans de combat, nous avons étayé notre propos de manière scientifique et juridique, et, alors que nous nous acheminons vers l’enquête publique pour faire entendre notre droit de réponse opposable, ce droit nous serait refusé. En effet le maire de Brétignolles, Monsieur Christophe Chabot, à l’occasion du salon nautique 2008, est allé présenter son projet au Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable, Jean- Louis Borloo, ainsi qu’à Catherine Chabaud Chargée de Mission Nautisme auprès de ce même ministre. Le but de cette Mission ministérielle (exposé plus en détail dans un article de R. Boughriet datant du 26/05/08, publié sur le site Internet du journal La Tribune), se résume de la sorte : « elle devra réfléchir à la réforme du droit annuel de francisation et de navigation afin de mieux tenir compte de l’emprunte écologique des bateaux ». Malgré cette feuille de route exigeante, le coup de grâce pour l’écologie vendéenne, retentit presque aussitôt, lorsque, dans une interview exclusive sur France Info, le 5 décembre 2008, Monsieur Borloo s’ébaudit, à la seule vue de la maquette, des performances environnementales du projet. Puis, Madame Chabaud de déclarer sans ambages : « Le projet du port de Bretignolles sur mer est bouclé », sachant qu’elle n’est jamais venue sur place se rendre compte des problèmes qu’occasionnerait la mise en œuvre d’un tel projet. Parallèlement, dans une surenchère inconsidérée, il est annoncé sur le portail Internet du Conseil Général de la Vendée, présidé par Monsieur De Villiers, que seront créés 1000 anneaux supplémentaires en 2012 dans le port de Bretignolles-sur-mer.

 

Ainsi on est en droit de se demander si les jeux sont faits d’avance en matière de politique publique. Tel est aujourd’hui l’objet de notre colère : on se fout de la démocratie, on se fout de nos droits. Et c’est pour cette raison que nous avons plus que jamais besoin de la presse pour nous faire entendre, en particulier de Monsieur Jacques Auxiette, président du Conseil Régional des Pays de la Loire, peut-être l’une des dernières personnes à même de percevoir le danger écologique que représente ce projet de port.

Notre combat est résumé sur notre site : www.non-au-port-à-bretignolles.com ou www.la-vigie.org

 

Valentine Bouquet membre de l’association

. nonauportabretignolles@wanadoo.fr

 

 


Association la vigie

Association de veille citoyenne et écologique

Boite postale.3

85470 Bretignolles-sur-mer

Vendée

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.