bourgade
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

2 Éditions

Billet de blog 1 avr. 2009

C dans l'air infantilise ses télespectateurs

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

4 invités, un journaliste, 3 reportages, une table ronde et des idées carrées. C’est le dispositif de « C dans l’air », émission animée par Yves Calvi sur France 5. Celle de Mardi soir était consacrée à la montée en puissance de l’extrême gauche. Son titre : Besancenot en embuscade. Souvent, l’émission est éclairante. Celle-ci le fut aussi. Surtout des clichés et des a priori qui animaient les intervenants.

Un titre, c’est un cadre, un paradigme. Innocent ou pas, le choix d’Yves Calvi fixait les angles de la réflexion qu’il entendait conduire. En effet, Besancenot en embuscade n’est pas qu’un titre provocateur. Depuis toujours, le fantasme agité est celui de la taupe rouge qui creuse souterrainement sa galerie pour surgir où on ne l’attend pas. Cette fois, les vilains trotskistes prennent l’air et se tiennent en embuscade pour organiser un guet apens. Sur quoi ? Le mouvement social naturellement. Après tout, ca ne mange pas de pain de le laisser entendre puisque François Chéréque a qualifié Besancenot de « rapace ». Et chacun sait que l’animal fait son gras sur la pourriture. Tout cela parce que le NPA a entrepris un travail de mobilisation et d’implantation dans les entreprises. Ce qui est son droit, comme celui de tous les partis qui le désire. Le NPA n’a pas, pour autant, l’intention de remplacer les syndicats dans leurs rôles. Il souhaite juste constituer une alternative là où d’autres préfèrent une simple alternance.

Les invités sont rapidement tombés d’accord pour estimer que la crise est pain bénit pour le NPA. Heureusement, personne n’a osé aller jusqu’à dire qu’il l’avait provoqué pour prospérer. Mais par moment, on n’en était vraiment pas loin. Faut il avoir peur de l’extrême gauche a demandé Yves Calvi. Oui et non ont répondu les intellectuels.

Non, parce qu’en substance, le pouvoir ne l’intéresse pas ont-ils répondu, chacun à sa manière. La preuve, il ne veut pas s’allier avec le PS et n’aspire pas, contrairement au Front de Gauche (PCF + PG) à avoir des élus. Aucun n’a évoqué le fait que l’ex LCR compte une centaine d’élus municipaux obtenus sans alliance avec les socialistes. Aucun n’a évoqué l’absence de proportionnelle dans le mode de scrutin.

Oui, parce qu’à défaut de prétendre au pouvoir, le score du NPA peut empêcher le PS d’accéder au pouvoir. Voilà donc la grande affaire. « L’extrême gauche préfère toujours combattre le social traite » a même doctement expliqué l’un d’eux, occultant le fait que pour « battre la droite » au second tour, la LCR a toujours appelé à voter pour le candidat le plus à gauche. Mais peu importe, seul la mauvaise foi importe. C’est pourquoi, on peut dire qu’avec Besancenot, Sarkozy va faire à la gauche, ce que Mitterrand à fait à la droite avec le FN. Une fois encore, les penseurs, dans une logique mécanique, ont instillé l’idée qu’un éventuel succès du NPA dépendait moins de ses propositions que des manœuvres élyséennes. Pour eux, un électeur qui vote PS manifeste une adhésion, tandis que celui qui vote extrême gauche exprime d’abord un ras le bol. Le gauchisme reste, pour ses messieurs, la maladie infantile du communisme et les propositions du NPA « un archaïsme ».

D’ailleurs pour nuancer les intentions de vote – 9% pour le NPA aux européennes selon les sondages – l’un d’eux a ajouté : « De toute façon, les européennes ne sont pas de vraies élections ». Tiens donc. On va donc voter mais ca ne compte pas vraiment. Ca ne veut rien dire, ou alors c’est juste l’expression d’une colère, d’une inquiétude. L’inquiétude étant d’ailleurs ce qui caractérise les enfants qui ont peur. L’électeur socialiste lui est rationnel, droit, réaliste. L’électeur d’extrême gauche, lui, à peur. C’est à mourir de rire.

Il s’en est même trouvé un pour dire que les 18% d’intention de votes pour la gauche de la gauche (LO 3%, Front de Gauche 6%, NPA 9%), cela correspondait en gros au 20% que le PCF pesait encore dans les années 80. Ainsi, après avoir applaudit à la disparition de ces électeurs recycler par le parti socialiste – après tout, l’union de la gauche n’était elle pas le moyen par lequel François Miterrand a piéger et tuer le PCF – revoici, que sortant dont ne sait où, les 20% réapparaissent. Pourtant, le PS est toujours dominant. Mais cela n’intéresse pas ses messieurs de constater qu’en réalité, la nouvelle radicalité des électeurs fait crédit à l’extrême gauche dont désormais, au moins verbalement, certaines analyses sont reprises face aux dévastations provoquées par l’amplification de la crise.

A « C dans l’air », on apprend tous les soirs quelque chose. L’autre soir, on a appris que les clichés ont la vie dure et les maitres penseurs des œillères.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain