bourgade
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

2 Éditions

Billet de blog 1 oct. 2008

Les villes font la lumière sur leur facture d'électricité

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis des lustres, nos rues sont éclairées durant des nuits entières. On éclaire les facades d'immeubles, les voies de circulation, les stades, les magasins, les monuments, etc. Bref, la nuit, il fait encore jour ou presque. C'est à la fois, expliquent nos élus, une question d'esthétique, de valorisation des sites et de sécurité. Nous consommons ainsi , d'aprés une enquête de l'Ademe (agence pour la maïtrisede l'énergie) produite par TNS en 2007, 32 milliards de kwh pour un coût total de 2,2 milliards d'euros TTC. Ce qui représente 4,4 millions de tonnes équivalents pétrole Mais la note est de plus en plus salée et de nombreuses villes se posent la question de l'éclairage.

Toulouse, 4 ième ville de France, consacre par exemple 4 millions d'euros par an à son éclairage public. La ville rose est d'ailleurs l'une des plus énergivore avec 2 fois plus d'électricité consommée par habitant que n'importe quelle autre ville. L'éclairage public représente 47% de sa facture d'énergie. Pour faire des économies sans renoncer à s'éclairer, la mairie vient de décider de commander 150 mille lampes à sodium pour un montant de 6 millions d'euros. Il s'agit ainsi sur 8 ans de remplacer au moins un quart du parc d'éclairage actuel. Le Capitole prend en fait le chemin emprunté par d'autres communes qui, soucieuses des impôts locaux et des rejets de CO2, ont aussi décidé de diminuer leur facture d'électricité.

Parmi ses villes, Albi est pionnière. Depuis 4 ans, la préfecture du Tarn est la seule ville d'Europe équipée de lampes à halogènures métalliques de 150W avec enveloppe céramique mise au point par le Centre de physique des plasmas de l'université Paul Sabatier de Toulouse. 120 lampadaires éclairent ainsi 4 axes routiers dont le centre piètonnier et des boulevards. Les lampes sont placées dans des lumières spéciaux qui distribuent mieux la lumière et évitent la pollution lumineuse. L'éclairage est piloté à distance depuis un ordinateur par la mairie elle même. 2% d'éfficacité lumineuse en plus représente une économie de 6 à 7 tonnes de rejets de CO2 en moins. Boulogne Billancourt et Sévre dans le Val de Seine veulent économiser 38% sur leur facture d'électricité. Les deux villes ont passé en Janvier dernier un contrat public privé de quelque 92 millions d'euros avec ETDE, filiale de Bouygues, pour fournir de l'électricité verte (éolienne, hydraulique) et repenser leur éclairage public. 8.800 points lumineux seront ainsi retraités. A Orgeval dans les Yvelines, la ville a opté pour un système qui permet de réduire la tension de l'éclairage public au milieu de la nuit et d'éteindre des ronds points et des rangées de lampadaires à minuit. La facture d'électricité a ainsi été diminuée de 25%.

De grandes villes comme Quèbec ont elles aussi entrepris de faire des économies d'électricité en utilisant la technologie par courant porteur controlé et piloté à distance par ordinateur. 1000 lampadaires ont déjà été remplacés dans le centre ville depuis 2007, 1.000 autres le seront chaque année sur dix ans pour amoindrir la facture d'électricité. Par contre, les grandes villes française, comme la ville lumière Paris qui posséde 110 mille éclairages de surface, 32 ponts et 276 monuments éclairés, n'ont toujours rien entrepris de signifiant. La marge de progression d'économie d'énergie, de rejet de gaz à effet de serre, et d'une meilleure utilisation des impôts, est donc grande. La France consomme en effet 91 kwh par habitant pour l'éclairage public contre 43 kwh en Allemagne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent