bourgade
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

2 Éditions

Billet de blog 13 oct. 2008

Les casinos perdent la boule

Les bandits manchos ont froid dans le dos, les tapis verts virent au rouge, et les casinos perdent la boule. L'année 2008 s'annonce comme " la pire année depuis 22 ans" explique le délégué général du syndicat professionnel des casinos de France. Ici aussi, les jeux sont faits, la crise économique est en effet passée par là.

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les bandits manchos ont froid dans le dos, les tapis verts virent au rouge, et les casinos perdent la boule. L'année 2008 s'annonce comme " la pire année depuis 22 ans" explique le délégué général du syndicat professionnel des casinos de France. Ici aussi, les jeux sont faits, la crise économique est en effet passée par là.

Il y a en France 197 casinos de jeux. Ils ne sont pas tous, contrairement à ce que l'on croit, implantés dans des cités balnéaires. Les grands villes comme Lyon, Bordeaux, Lille, etc, ont obtenu ce droit en 1988 grâce à l'amendement Chaban à la loi de juin 1907. Il suffit pour celà d'être une agglomèration de plus de 500 mille habitants disposant d'une scène nationale financée par l'Etat à hauteur de 40%. Lille et Toulouse ont ainsi obtenu ce droit, il y a un an, et ont ouvert leur casino. Celui de toulouse, installé prés du quartier populaire d'Empalot qui compte près de 30% de chomeurs, vient de dépasser le million de visiteurs. Mais le nombre ne fait pas forcément le succés économique. Celui de Lille, qui a un an également, prévoit par exemple un chiffre d'affaire inférieur de 25% à ses prévisions.

L'atonie ne frappe pas que les petis nouveaux. Bordeaux table sur une baisse de 15% par rapport à 2007. les casinos de la cote azuréenne - il y en a un tous les 15 kms entre Mandelieu et Menton - redoutent 30% de moins de chiffre d'affaire, soit 60 millions d'euros en fin d'année. Et "si ca continue comme ça" explique le PDG du groupe Barrière à Nice matin, "ne serait-ce que 3 ou 4 mois, il va y avoir de la casse. Appelons les choses par leur nom: des fermetures !". Un plan de sauvegarde est d'ailleurs déjà envisagé par le groupe Tranchant au Casino de Grasse et celui de Cannes ( groupe Barrière) a remercié 80 salariés. Un fond Qatari est de plus entré dans son capital a hauteur de 22,7% selon le site

performancebourse.com. Le même fond envisage aussi de prendre des parts dans le casino de la Société des Bains de Mer de Monaco.

A chaque fois, ce sont les machines à sous qui provoquent ce soudain marasme. Machines à sous qui constituent le jack pot des 197 établissements. Elles procurent 90% des 2 milliards 800 millions de chiffre d'affaire dont les communes et l'Etat prélèvent la plus grosse part sous forme de contribution, redevances, taxes et autres impots. Au casino de Toulouse, le visiteur joue ainsi 10 à 20 euros puis il s'en va. Sur la Côte d'Azur, sa mise est descendue de 60 à 30 euros en moyenne.

Ceux qui n'ont pas l'espoir de "gagner plus en travaillant plus" n'ont désormais même plus les moyens d'espèrer un meilleur sort au jeu de hasard.

Les casinotiers expliquent la dureté des temps notamment par l'interdiction de la cigarette dans les lieux publics qui incite les fumeurs à repartir pour assouvir leur besoin de nicotine. A Vals les Bains en Ardèche méridionale, pour les faire rester, on a donc testé une e-cigarette de la société Gamucci qui délivre sa dose de nicotine et ne fait recracher dans l'air que de la vapeur d'eau. Mais le joueur repart quand même. A Bordeaux, pour le convaincre de rester et de jouer, le Casino a préféré abaisser la mise minimale de certains bandits manchos à 5 centimes d'euro. C'est dire, en réalité, combien le joueur est en fait "fauché".

"Opium du peuple" selon certains, "impôt sur la pauvreté" selon d'autres, même le jeu ne fait plus aujourd'hui crédit.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871