bourgade
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

2 Éditions

Billet de blog 14 mai 2009

Il faut remettre de la politique dans l'Europe

C'est loin, c'est compliqué, c'est technocratique, et en plus ça fonctionne au consensus. Ce sont à mon avis, les quatre principales raisons qui expliquent le peu d'intérêt des électeurs pour les prochaines élections européennes.

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est loin, c'est compliqué, c'est technocratique, et en plus ça fonctionne au consensus. Ce sont à mon avis, les quatre principales raisons qui expliquent le peu d'intérêt des électeurs pour les prochaines élections européennes.

Loin, pas tant que ça. Bruxelles, Strasbourg, ne sont pas au bout du monde. Mais, il est rare que les médias parlent de ce qui se débat dans l'hémicycle. Il y faut une directive choquante ou ubuesque pour être informé. Une directive, comme hier celle de Bolkenstein sur le travail en Europe, ou tout dernièrement, sur le vin rosé. Vu par les eurodéputés, le rosé serait un mélange de rouge et de blanc, alors qu'il s'agit, d'un procédé de vinification. La proximité n'est pas non plus assuré par les députés. Peu de gens connaissent le nom de leur député européen et ce

qu'il fait ou défend dans l'assemblée. Il est encore plus rare qu'il serve au moins à nous informer de ce qui se trame en coulisse. Les informations sont généralement sortis par ceux qui sont directement concernées par leurs effets.

Compliqué, pas tant que ça. Il y a deux grands blocs. Le Parti Socialiste Européen et le Parti Populaire Européen. A eux deux, ils ont une forte majorité de sièges. Les autres sont, suivant la nature des sujets, des forces d'appoint, ou des empécheurs de tourner en rond. Ce sont eux qui

provoquent les débats puisque par défintition, pour tenter de faire évoluer les textes, ils leur font convaincre, là où les autres s'appuient sur la logique arithmétique de leur effectif. Les directives présentées par la commission ne sont donc que marginalement modifiées.

Technocratique, c'est à peu prés ça. L'Europe se méle de tout, sauf de ce qui nous parait essentiel. Par exemple, de créer un smic européen pour éviter les effets dumpings entre pays du continent. D'harmoniser les politiques sociales par le haut pour établir une équité. De lancer une politique des grands travaux pour lutter contre le chômage. De définir une politique industrielle pour sortir de la crise dans le sens d'un développement durable. De penser les énergies de demain, alternative au nucléaire, dont l'uranium est, comme le pétrole, une ressource épuisable. etc... Ca fonctionne comme un tiroir caisse en distribuant des subventions aux régions et aux paysans.

Consensuel, c'est son plus grand défaut. Droite et gauche, comme en allemagne, gouvernent ensemble. Résultat, les décisions finales se colorent, dans le meilleur des cas, d'une tonalité de centre droit ou de centre gauche, quel que soit le président de la commission. Delors en son temps, ou Barroso aujourd'hui. Un député socialiste de plus, un député ump de moins, ne changent pas fondamentalement la donne. Quand 13 des 15 pays européens étaient dominés par les socialistes, ils n'ont d'ailleurs décider par exemple la création de service public européen dans les transports. Non, ils sont tous pour le traité de Barcelone, et tous acceptent la logique du marché. Sous Jospin, en France, on a davantage privatiser que sous Balladur. Et durant les présidentielles, je n'ai pas entendu parler de retour dans le giron du service public, d'EDF GDF.

Ainsi, cette absence de choix réels condamne l'Europe a resté un machin. Les électeurs voteront moins pour ou contre telle vision de l'Europe, que pour ou contre Sarkozy. Pour que l'Europe soit un enjeu, il est temps d'y réintroduire des options politiques, des partis alternatifs, et des débats de fond, avec des choix structurants pour nos sociétés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux