bourgade
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 mai 2009

des jappements du journalisme à sa domestication

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce qu'Edwy Plenel énonce dans son intervention radiophonique sur France Inter est un idéal que porte, assurément, Médiapart. C'est, comme il le dit, un choix qui relève à la fois d'une certaine conception du journalisme - être un avertisseur public - et du rôle d'animateur du débat

démocratique qui est celui de la presse. La critique d'Edwy Plenel est en ce sens totalement fondée. Elle fait cependant l'impasse sur une réalité quotidienne qu'il connait bien.

Avant de montrer du doigt, les incohérences, les mensonges, les médiocrités ou les bienfaits des pouvoirs, les médias ont d'abord le devoir de dire ce qui est. Le citoyen a besoin de savoir de quoi on parle avant d''éventuellement juger la pertinence de ce que le pouvoir dit ou fait. Cette logique n'est pas sans conséquence sur la pratique journalistique. Elle le focalise tout entier dans le suivi quotidien des événements survenus dans la journée: les actualités les plus immédiates, les plus fraiches, les plus vendables. La force des pouvoirs consiste alors à lui proposer quotidiennement de quoi nourrir le flux informationnel. C'est lui qui, de cette manière, donne le tempo, fixe les sujets qui font actualité. les journalistes n'ont plus alors qu'à remplir la case qui leur est imparti.

Cette pratique - nécessaire - participe, par sa répétition mimétique dans toute la presse - a confirmé le sentiment d'uniformité et donc de suivisme qui est la caractéristique dominante des grands médias. On fait comme les autres pour être dans la foulée des autres. Et le 4 ième pouvoir accompagne de fait les pouvoirs, ce qui le colore politiquement à l'insu de son plein gré. C'est ainsi que l'on entend partout au même moment, peu ou prou les mêmes choses, et les mêmes invités. L'auditeur a ainsi l'impression, selon les moments, les époques, les sujets que le média est politiquement plus ceci ou plus cela. En soi, cela ne serait pas un problème, si en plus de ça, il y avait autre chose, un journalisme d'investigation, un journalisme de critiques. Mais, pas plus à France Inter qu'ailleurs, il n'existe de service chargé uniquement de l'investigation.

La presse radiophonique et télévisuelle - contrairement à la presse écrite - révélent peu ce qu'on peut appeler les affaires. Elle reprend, elle amplifie, elle bonifie, par une valeur ajoutée, ce que la presse écrite a sorti de l'oubli. Le journal de référence de France Inter est depuis plusieurs années déjà le Parisien Aujourd'hui en France. Dernier exemple en date, le limogeage d'un cadre de TF1 à propos d'un courriel adressé à Françoise de Panafieu dans lequel il dit son opposition à la loi Hadopi. La révélation - sauf erreur de ma part - est venu de l'écrit - Médiapart, le Canard Enchainé - et une télévision comme France 2 et 3 ont attendu plusieurs jours avant de raconter cette information, sous forme de brève. Pour France Inter, je n'ai pas écouté attentivement la radio et ne sais pas son temps de réaction.

Il y a donc, ce qu'Edwy Plenel connait bien, une division du travail. La presse écrite enquête, la presse radiophonique répéte. D'un côté, il y a un risque économique - enquêter pour ne rien produire de satisfaisant - le risque de déplaire - avec parfois des conséquences sur la publicité - et de l'autre, une facilité, synthétiser ce travail et l'illustrer pour le publier. Les deux attitudes portent aussi un autre nom. Une presse d'opinion face à une presse qui affecte la neutralité. En fait, toutes deux ont des opinions. Mais certaines dérangent, d'autres arrangent, ou indifférent.

Pour le Service Public de la radio, cette césure est rendue complexe par sa situation. Il existe par la volonté du pouvoir. Il existe par les moyens qu'il lui confére, le niveau de la redevance télé/radio. Et en même temps, il ne travaille pas pour lui, mais à côté de lui. Son auditoire, son influence, ne s'exercent pas sur le pouvoir, mais dépend de la confiance que lui accorde les auditeurs, c'est à dire sur le degrés d'honneteté intellectuel qu'on lui reconnait. Quand au PDG, il ne fait pas la pluie et le beau temps quand sur le terrain, le reporter fait son métier. C'est son talent qui font la qualité de ce qu'il donne à voir et à comprendre. La liberté de la presse n'est donc pas une théorie mais une pratique. On peut ainsi dénoncer sans aboyer, c'est une question de forme.

La domestication de la presse n'est pas toute entière dans son fonctionnement ou dans ses relations de proximité avec les pouvoirs. Elle vient aussi, me semble t-il, de ce que nombre de journalistes ont du mal à se situer dans cette dualité, presse engagée, presse dégagée. Dans le premier cas, il y a une crainte, celle de passer pour un journaliste militant, partisan, donc de se décrédibiliser aux oreilles des auditeurs. Dans le second cas, le risque est de donner à croire que le journalisme n'est qu'une technique de communication parmi d'autres et de passer pour un bon journaliste sans aspérités. Car il y a aussi une réalité à ne pas négliger. Le citoyen réclame sa liberté de penser. C'est à dire le droit de ne pas adhérer ou de se satisfaire de ce qui lui est dit.

Entre les jappements permanents qui d'un aboyeur font un emmerdeur et la docilité de la domestication, il y a place, me semble t-il, pour un journalisme éclairé qui fait appel à l'intelligence de ses auditeurs.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin