bourgade
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 sept. 2009

Démocratiser l'entreprise pour l'humaniser

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suicides et tentative de suicides, stress au travail, absentéisme, congés maladie, le désamour entre l’entreprise et les salariés prend des formes de plus en plus extrêmes. Les causes en sont probablement multiples. Il y a bien sûr la situation de crise économique permanente depuis 30 ans, la concurrence exacerbée, la peur du chômage, mais il y a aussi une réalité souvent occultée parce qu’elle touche à l’essentiel, le pouvoir patronal et le droit de propriété.

C’est un fait que l’entreprise n’est toujours pas, loin s’en faut, une démocratie. C’est en effet un des paradoxes de nos sociétés qui réclament de chaque individu qu’en toute situation, il ait une attitude responsable et se comporte en citoyen. Dans l’entreprise, le salarié continue pourtant, de fait, à n’être qu’un pion. C’est ce que disent, à leur manière, les salariés de France Télécom lorsqu’ils expliquent qu’ils sont interchangeables et qu’au nom de l’efficacité, on peut les muter d’un endroit à l’autre, d’un service à l’autre, sans tenir compte de leurs racines, de leurs contraintes familiales, de leur équilibre affectif et psychologique, de leurs capacités humaines à s’adapter à des technologies nouvelles. Les mutations ont naturellement toujours une bonne justification économique laquelle considère les salariés comme du capital humain. Le mot est d’ailleurs en lui-même révélateur. L’homme ne vaut que par le capital qu’il représente, il est une ressource humaine, comme il y a des matières premières. C’est d’ailleurs parce que son capital diminue qu’une fois âgé, il est dévalorisé et que l’entreprise le rejette comme un matériau usagé, techniquement dépassé.

La question du management relève en effet bien de la démocratie et pas seulement d’une technique économique. En effet, la hiérarchie, celle qui harcèle, impose, commande, n’est que fonctionnelle, autrement dit, les petits chefs ne sont pas humainement supérieurs aux salariés qui ne sont pas leurs inférieurs. Ils n’ont donc pas légalement à exercer une violence quelconque pour obtenir, par la contrainte, un résultat. La liberté d’action, de parole, d’association, d’expression d’une opinion, ne s’arrête pas à la porte de l’entreprise. Le salarié n’a d’ailleurs aucune obligation légale de résultat, il a juste une obligation de moyen. En effet, s’il devait impérativement obtenir un résultat positif – donc vendre à tout prix – il pourrait être licencié pour n’avoir pas rempli ce contrat. Ce que ne prévoit pas – heureusement – le code du travail, tandis que la loi réprime le harcèlement, même s’il est toujours difficile à prouver, puisque dans ce cas précis, il se confond avec le rapport de sujétion induit par le statut de salarié et patron.

Le problème, c’est la caporalisation de nos sociétés et en particulier des entreprises, c'est-à-dire une succession de chefs qui tous font pression sur l’échelon inférieur jusqu’au salarié final lequel finit par stresser, imploser et parfois se suicider. De son côté, le chef suprême, même quand il écoute et entend, a toujours raison. En clair, il est infaillible comme le pape et il fait ce qu’il veut – y compris rien – de ce que lui disent les salariés, les syndicats. Le dialogue social est réductible dans certaines entreprises à une obligation légale sans conséquence pratique. Dans ce cas là, on se parle pour se parler, sans conséquence pratique pour les salariés, et la loi n’est qu’un bout de papier. Dans ce type d’entreprise, les employeurs se considèrent, de fait, comme les propriétaires de la vie des salariés qui parfois intègre d’ailleurs cette donnée. Ils ne disent pas, je travaille à France Télécom, ils disent j’appartiens à France Télécom, confirmant ainsi qu’ils ont une vision «chosifiée » - réifiée diraient les sociologues - de ce qu’ils sont pour leur entreprise.

Il convient donc pour humaniser l’entreprise, de la démocratiser. Ainsi, rien ne devrait pouvoir se décider sans l’accord des personnes concernées, rien ne devrait pouvoir s’imposer sans qu’une négociation syndicats direction n’ait avalisé le choix qui doit être pleinement justifié. En effet, qu’est-ce qui peut justifier qu’on impose à un salarié de faire deux heures de trajet quotidien pour aller travailler alors qu’il effectue à une heure de chez lui, le même travail dans les mêmes conditions ? Ce qui est la proposition actuelle faite à des France télécom de Cahors que la direction veut expédier à Montauban pour y faire le même travail. Si la direction considère que la mobilité est obligatoire, pourquoi ne se l’applique t-elle pas à elle-même ? Réponse, parce que la mobilité imposée sert à dégouter des salariés, incités par ailleurs à quitter l’entreprise.

Pour démocratiser, le fonctionnement de l’entreprise, il faut donc encadrer le pouvoir divin des employeurs et par conséquent toucher, même marginalement, au droit de propriété qui ne doit jamais primer sur l’individu. Une mesure qui n’a rien de révolutionnaire puisqu’elle est déjà appliquée dans le domaine du logement. Un propriétaire ne peut pas, par exemple, remercier son locataire qui paie régulièrement, sauf à reprendre pour lui-même ou un descendant son logement. Et encore, doit-il annoncer par lettre avec accusé de réception, son désir de reprendre son bien 6 mois avant la fin de la fin du bail. Il ne reste donc qu’à trouver une réponse adaptée à l’entreprise pour en finir avec l’absolutisme patronale.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT