bourgade
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 oct. 2008

les télés locales en quête de modèle économique

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Grâce la TNT, il devrait y avoir 50 télés locales hertzienne et numérique en France d’ici la fin de l’année. 100 dés la fin 2009 contre un millier en Espagne. L’hexagone est donc largement en retard. C’est que Le pari technique est facile à atteindre, le pari économique beaucoup plus délicat. Dernière illustration, Télé Toulouse qui va supprimer 33 emplois sur 53 temps plein*

Depuis sa création en 1988, TLT n’a jamais fait de bénéfice. Son déficit a toujours été de plus ou moins un million d’euros par an, 1,3 millions d’euros en 2007 pour un budget de fonctionnement d‘environ 5 millions d‘euros. Pourtant, Télé Toulouse est un succès populaire. Elle revendique 500 mille téléspectateurs par semaine en produisant, conformément aux demandes du CSA, « douze heures de programmes frais par semaine ». Des programmes multi diffusés dans la journée et le week-end pour toucher un large public et ne pas délaisser l’antenne. De plus, TLT est également sur la TNT , ce qui a démultiplié son audience potentiel.Mais après 20 ans de fonctionnement, le succès économique n’est toujours pas au rendez vous. TLT a pourtant environ dix minutes de publicité par heure produite ainsi que des émissions sponsorisées. Mais l’équilibre, initialement prévu pour 2007, n’est toujours pas atteint. Dans ce contexte, les détenteurs du capital, la Caisse d’Epargne, la Dépêche du midi, les laboratoires pharmaceutiques Pierre Fabre, le groupe Lagardère sont favorables à limiter les coûts, ce qui passe, pour eux, par les suppressions de postes envisagés et provoque l’ire des syndicats pour qui « faire une télé avec 20 personnes dont des commerciaux, des techniciens, quelques journalistes et des administratifs, même une télé low cost est impossible » sauf à dénaturer le rôle de la télévision de proximité.

En effet, toutes les télés locales jouent un rôle dans le lien social qu’elles tissent émission après émission en auscultant le fonctionnement de la vie locale au plus des préoccupations de ses téléspectateurs et en donnant la parole aux associations, aux leaders d’opinions, aux acteurs d’initiatives originales, etc. Toutes ont également des difficultés à trouver un viabilité économique. Ce qui sur le fond est un aveu d’échec. Début Octobre, en Île de France, « la région a (même) décidé de soutenir les médias audiovisuels, souvent précaires financièrement, qui contribuent à créer du lien social ». Les radios et télés locales vont ainsi pouvoir toucher jusqu’à 25 mille euros d’aides pour acquérir du matériel et passer notamment au numérique. Ailleurs, dans les deux Savoie, 8 Mont blanc a obtenu des deux départements, une aide à la diffusion d’autant plus nécessaires qu’avec la diffusion numérique ajoutée à la diffusion hertzienne, le budget diffusion des télés locales double sans que les recettes publicitaires ne suivent le même mouvement.

Aujourd’hui, Télé Toulouse, comme les autres télés locales, sont donc en quête d’un nouveau modèle économique. « Il nous faudrait une syndication des télés locales pour obtenir de la publicité nationale, intéresser les gros budgets. Collectivement, nous représentons plusieurs millions de téléspectateurs » plaide Pascal Pigeyre, responsable CFDT. Elle ne représente à ce jour que 2 à 3% des recettes. En Novembre 2007, TF1 a cependant déjà pris en charge via sa régie la vente d‘espace publicitaire sur une trentaine de télévisions locales. NRJ est entré dans la télé locale de Montpellier, et le groupe Hersant dispose de 7 télés. « Nous avons aussi des idées pour être encore plus animateur du débat politique local, en diffusant par exemple les séances plénières de la Région et du Département, de Toulouse agglomération en filmant les concerts, etc ». Mais pour l’instant, les élus observent la situation. Même la Mairie de Toulouse, plus gros contributeur publicitaire, qui détient 20% du capital de la Télé Toulouse. A ce jour, elle ne fait que déplorer « l’attitude des actionnaires » dont la Caisse d’Épargne, présente dans 13 télés locales et qui préside désormais aux destinées de TLT.

* au total, avec les pigistes, les cdd, TLT emploie 84 personnes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement