Sarkozy, Bové... la politique, c'est héritage et casting !

Les hommes politiques nous prennent vraiment pour des cons et le pire, c'est qu'ils croient à leurs mensonges. C'est ce qu'on est tenté de se dire quand on les écoute parler d'eux mêmes. Cela va de Jean Sarkozy à Marie Bové. Ce qui est en jeu, dans les deux cas, ce ne sont ni leur âge, ni leurs talents réels ou supposés, qui restent à démontrer, mais bien le fait qu'ils agissent en héritiers et se considérent, par cet héritage, détenteur d'un capital qui doit leur ouvrir automatiquement les portes du succès.

Marie Bové ? "Entre Jean Sarkozy et moi, le parallèle est indécent" assure t-elle. Ah oui, voyons voir, c'est quoi la différence ? Elle a 34 ans et lui 23 ans. Lui est élu dans un canton ou "même une chèvre ump serait élue" disait à propos Arnaud Montebourg. On ne peut pas vraiment dire qu'il a pris des risques et triomphé de l'adversité. Elle, "j'ai travaillé sept ans pour le comité catholique contre la faim et le développement"', et elle voudrait nous faire passer ça pour du militantisme.Que ce choix d'etre salariée du comité catholique l'honore et dise quelque chose de ses choix compassionnels, pourquoi pas, mais depuis quand est on militant quand on est payé pour faire son métier ? Si c'est le cas, il faudrait donc considéré que tout travailleur est un militant de son employeur. Etonnant raisonnement. Marie Bové travaille aujourd'hui pour le groupe PS de la Communauté urbaine de Bordeaux. Là aussi, elle n'est pas militante PS mais salariée, sa sympathie pour le PS aurait au moins dû l'orienter vers une place sur la liste régionale PS. Mais non, Noêl Mamère la verrait bien tête de liste des Verts. Et Dany Cohn Bendit explique " La différence avec Jean Sarkozy, c'est qu' on ne lui propose pas une place, un fief, ce sont les électeurs qui décideront". Ah la belle hypocrisie, si Marie est tête de liste, elle a pratiquement 100% de chances d'être élue, dont aucun risque, tout comme "la chèvre UMP" d'Arnaud Montebourg.

Il y a donc bien une parenté entre Marie Bové et Jean Sarkozy, c'est l'existence d'un casting comme à la Star ac pour décrocher les places et les prébendes politiques en séduisant les électeurs sur un nom, un visage. Cette réalité gêne aux entournures tous les politiques parce qu'il met à jour leur désir de se refiler le pouvoir de père en fils, et filles. Le népostisme est la marque de notre système qui, en plus, veut faire la leçon au peuple dont il se réclame. "On n'a pas moins de droit parce qu'on est le fils du président"' ose Patrick Devedjian de passage à Toulouse. Je dirais même plus, on a plus de devoirs précisement parce qu'on est né avec une cuillière d'argent dans la bouche. Et celui ci d'ajouter, "pour les gens comprennent ce qui se passe avec Jean Sarkozy, il faut faire de la pédagogie". Autrement dit, nous sommes des idiots qui ne comprennent rien.

Le Ministre de la relance insulte en plus notre intelligence de citoyen comme Cohn-Bendit, mais naturellement, c'est un "parallèle indécent".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.