bourgade
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

2 Éditions

Billet de blog 23 avr. 2009

Arménie-Turquie, la politique des petits pas

Le rapport à l'histoire n'est jamais simple pour un peuple. Surtout quand il s'agit d' être de fait les héritiers d'un génocide. 94 ans après celui commis dans l'empire Ottoman par le gouvernement Jeune Turcs, la Turquie d'aujourd'hui continue à nier la réalité du génocide arménien.

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le rapport à l'histoire n'est jamais simple pour un peuple. Surtout quand il s'agit d' être de fait les héritiers d'un génocide. 94 ans après celui commis dans l'empire Ottoman par le gouvernement Jeune Turcs, la Turquie d'aujourd'hui continue à nier la réalité du génocide arménien.

Un à un million et demi de morts, entre le 24 Avril 1915 et la fin de l'année 1917. Ce génocide, reconnu par la France et le Parlement Européen, est une des raisons qui peut empécher la Turquie d'adhérer à l'Europe. A défaut de refaire l'histoire, l'état turc doit en effet assumer la continuité historique, tout comme l'Allemagne d'aujourd'hui endosse la monstruosité nazie de l'Allemagne hitlérienne. Longtemps objet de blocage pour l'établissement de relations diplomatiques inexistantes entre l'Arménie et la Turquie, il y a aujourd'hui, malgré le négationnisme ambiant à Istambul, un nécessaire rapprochement qui s'opère sous nos yeux.

Là encore, comme dans les années 70 entre la Chine et les Etats Unis, c'est le sport qui constitue un premier pas des deux adversaires, l'un vers l'autre. Pour la Chine et les USA, c'était le ping pong, aujourd'hui, entre l'Arménie et la Turquie, c'est la prochaine coupe du monde de football prévue en 2010. Pour la première fois de son histoire - soviétique et indépendante - l'Arménie a recu le 6 Septembre dernier à Erevan, le Pdt Turc Abdullah Gül. Visite proposée par l'Arménie à son voisin qui depuis 1993, et la guerre Arméno-Azérie pour le contrôle du territoire autonome du Nagorny Karabagh, maintient contre lui un blocus économique total. En Octobre 2009, c'est le président Sarkissian qui, à son tour, se rendra à Istambul pour le match retour entre les deux équipes. Le fait peut paraitre anecdotique mais il constitue incontestablement un premier pas vers

la normalisation des relations qu'appelle de ces voeux l'Arménie.

Edouard Nalbandian, Ministre des affaires étrangères, a en effet déclaré, au cours d'une réunion de l'organisation de coopération économique des pays de la mer noire, qu'il ne voit aucun obstacle " à normaliser les relations et à ouvrir les frontières communes, sans préalable. L'Arménie est prête à le faire et nous attendons que la Turquie fasse de même. Il est de l'intérêt diplomatique de l'Arménie d'établir des relations diplomatiques avec la Turquie. il existe de nombreux pays en guerre, ils ont des relations diplomatiques, ils sont ouverts les uns aux autres". Il ne s'agit pas pour le Ministre de s'asseoir sur les victimes du génocide mais de real politik. L'Arménie est en effet économique etouffée par la fermeture de la frontière avec son plus proche voisin. Ses relations économiques dépendent essentiellement de ses liens avec Moscou et l'Iran. L'Arménie aimerait ainsi desserrer l'étau et ouvrir la liaison ferroviaire Kars-Gyumi pour y faire transiter des marchandises.

Mais il y a aussi un contexte intérieur turc favorable. Aprés l'assassinat du journaliste arménien Hrant dink, plus de 30 mille turcs ont signé une pétition qui, sans reconnaitre le génocide, ose transgresser le tabou national turc. Le texte signé dit ceci: "Ma conscience ne peut accepter que l'on reste indifférent à la grande catastrophe que les Arméniens Ottomans ont subie en 1915, et qu'on la nie. Je partage le sentiment de mes frères et soeurs arméniens et je leur demande pardon." Minimaliste, le texte a cependant soulevé contre lui l'indignation des nationalistes turcs. Le procureur d'Ankara s'est vu confier une enquête en vue de dire si le texte incriminé constitue ou non "un dénigrement du peuple turc".

Les signataires du texte risque deux ans d'emprisonnement. Ce qui n'empéche pas l'intellectuel turc Aytekin Yildiz, de considérer qu'il faut aller plus loin. " C'est un bon départ, mais ce n'est pas suffisant. Premièrement, que veulent ils dire par grande catastrophe ? Appelons le par son nom, c'est un génocide. Deuxièmement, l'Etat doit s'excuser". Une idée qui rend furieux les nationalistes turcs. "la question clé, c'est l'occupation des territoires azéris, pas le prétendu génocide" explique Deniz Baykal, dirigeant du parti républicain CHP. Quand à s'excuser, il en est d'autant moins questions que "pour moi, tous ces évènements sont dus au nationalisme turc qui florissait à l'époque, et personnellement, je me m'identifie pas à cela, donc je n'ai pas à m'excuser" déclare l'historienne Ayse Hür. Autrement dit, le peuple turc n'est pas comptable de son passé, sauf bien sûr, quand il s'agit d'en glorifier les belles heures.

L'Azerbadjian turcophone fait également pression sur la Turquie. Ilhan Aliev, son président, demande à l'Arménie de "libérer les territoires azéris occupés et d'abandonner toue prétention territoriale contre la Turquie et la reconnaissance du génocide de 1915". Si d'aventure la Turquie nouait des relations diplomatiques avec l'Arménie, il menace de couper lui couper le gaz qui transite par la Géorgie.

On le voit, l'histoire pèse toujours sur la politique et le nationalisme turc qui lui fait occuper, aujourd'hui encore la partie nord de Chypre, pourrait bien être un sérieux obstacle à son adhésion à l'Europe quoi qu'en pense et en dise Barka Obama.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre