bourgade
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

2 Éditions

Billet de blog 23 juin 2009

Sous la burqa, les islamo fascistes !

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une société multiculturelle comme la notre, on respecte le droit à la différence. Cela dit, parce que nous ne sommes pas ignorants les uns des autres, l'expression de la différence dans l'espace public nous concerne tous. Ainsi en est il du port de la burqa ou du niqab.

A nouveau, on se pose les mêmes questions sans réponses. Les femmes qui le portent y sont-elles contraintes ou sont-elles consententes ? Dans le premier cas, il faut les aider. Dans le second cas, on ne peut rien faire pour elles. Bien sur, tout ceci est à nuancer. Le consentement peut s'obtenir par une pression du mari, du frère, du cousin, de l'iman. Et le fait de le revendiquer devant les étrangers est parfois un moyen de se réhabiliter à ses propres yeux alors qu'on est en réalité totalement nié. Généralement, les femmes, qui sont dans ce cas, affirment haut et fort qu'elles n'ont jamais été aussi libres que depuis qu'elles portent la burqua.

Une loi peut elle aider ces femmes ? Ses partisans pensent que oui. Ses opposants le redoutent. Ils expliquent, comme précédemment, que la loi risque de

Le communautarisme ? Plus on affiche de signes différencialistes, moins il devient possible de se recontrer. La burqa empéche physiquement

toute rencontre, pas seulement parce qu'on ne voit pas les yeux de son interlocutrice, mais parce qu'il est impossible à un homme de croiser cette femme et à cette femme de rencontrer d'autres femmes qui ne seraient pas d'accord avec sa pratique. Il y a donc bien durcissement autour de signes communautaires qui exclut celui qui ne les reconnait pas comme essentiel - c'est à dire faisant partie de l'essence, de l'identité même de celle qui les porte. Certes, on objectera que cela ne concerne que quelques femmes, mais il ne faut pas fermer les yeux sur une autre réalité. Les croyants musulmans ne dénoncent pas cette pratique. Ils l'a jugent juste excessive.

L'influence des intégristes salafistes ? Ceux qui sont en France pratique la Dawa, la prédication. Pour eux, la burqua est l'habit incontestable de toutes musulmanes sincères qui doit vivre dans la peur d'Allah et la soumission à son mari. Ils suivent, pensent-ils, à la lettre le Coran, les faits et dits du prophéte ( hadiths), etc. Pour eux, les textes sont à la fois la loi ( la norme) la voie (le chemin) et la foi (la croyance). Il n'y a rien à discuter, ni de l'interprétation ni de l'adaptation des textes à un contexte européen ou à notre siècle. La parole de Dieu est incrée, on ne l'amende pas. Au nom de ce principe, ils sont contre des médecins hommes pour soigner les femmes, contre la mixité homme femme dans les lieux publics, contre la mixité "ethnique" dans les écoles, etc... la pureté, c'est l'entre soi sans contestation possible. Cette pureté, c' est précisement un principe fasciste qui sert à hiérarchiser les humains. Les notres, les autres, les infidèles.

le ghetto ? Nos quartiers populaires sont trés souvent des quartiers de relégation. On les appelle communément les banlieues, le lieu des bannis. Pour beaucoup d'entre nous, ce sont des quartiers où nous n'allons jamais. On les aperçoit généralement à la télévision quand une émeute les met à la une de l'actualité. Homogène économiquement, culturellement, cultuellement, ils deviennent, qu'on ait peur du mot ou non, des ghettos. Et pour les femmes qui portent la burqua, ce sont de fait les seuls endroits fréquentables. Impossible pour elles d'aller en ville, de prendre le métro, ou un bus.

Que faire ? Personne n'a envie de réprimer, de passer pour ce qu'il n'est pas. Pourtant, il n'y a pas dix solutions. Il faut l'interdire pour de multiples raisons en plus de celles évoquées plus haut. Comment vérifier l'identité de quelqu'un dont on ne voit pas le visage ? Comment parler à l'école de l'éducation des enfants sans savoir à qui on parle? comment créer des liens quand ce qui prime dans l'échange, c'est votre appartenance "ethnique" ? etc.

Certains diront que le phénomène est marginal - la commission d'enquête sur cette question dira ce qu'il en est vraiment - et qu'il n 'y a pas de risque de contagion. Nulle ne peut en être certains. Le risque du relativisme à tout crin, c'est que demain, ce que nous accorderons aux islamo fascistes ne soient aussi revendiqués par nos propres extrémistes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie... Et des défis immenses.
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin