BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mai 2022

Migrations environnementales #4 : les cyclones en Amérique centrale

Avec le réchauffement climatique, les cyclones et ouragans, qui frappent les zones tropicales chaque fin d’année, vont s’intensifier. Ces phénomènes extrêmes conduisent déjà les personnes des régions touchées à migrer.

BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des cyclones plus intenses

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) alerte depuis 2013 sur l’effet que peut avoir le réchauffement climatique sur certains phénomènes météorologiques extrêmes. La chaleur des océans, quand elle s’élève au-dessus de 26°C, entraîne la formation cyclones, ouragans et autres typhons – leur nom varie en fonction de leur origine géographique, mais le phénomène reste le même. Sur la planète, 80 cyclones tropicaux sévissent en moyenne chaque année, avec des vents supérieurs à 118 km/h, mais qui peuvent atteindre 300 km/h — comme Dorian en 2019. Une quinzaine de ces ouragans, qui naissent en mer, atteignent les côtes. Ils peuvent faire des ravages dans les zones habitées. Le réchauffement du climat ne va pas nécessairement entraîner une multiplication de ces phénomènes, dont le nombre devrait rester stable. En revanche, leur durée ainsi que leur étendue va s’accroître, et leur intensité augmenter, avec des pluies plus abondantes et des vents plus violents. 

Eta et Iota dévastent l’Amérique centrale

En 2020, deux ouragans ont frappé l’Amérique centrale entre le Guatemala et le Nicaragua. L’ouragan Eta, de catégorie 4 (sur une échelle de 5), avec ses pluies torrentielles et ses vents violents, a provoqué d’importantes montées des eaux qui ont emporté plusieurs villages. L’ouragan Iota, de catégorie 5, qui a suivi quinze jours plus tard, a frappé des zones déjà fragilisées et des terres gorgées d’eau, et achevé de provoquer glissements de terrains et inondations. De plus, les dégâts provoqués par Eta ont compromis les évacuations avant l’arrivée de Iota, ce qui a sans doute accru le nombre de victimes. Au total, on a dénombré dans cette zone plus de deux cent cinquante morts. Les dégâts vont coûter plusieurs centaines de millions de dollars à chacun des pays concernés, ce qui va peser sur la croissance de leurs économies. 

1,5 million de personnes déplacées

Dans les zones touchées, les habitants ont parfois perdu leur maison, leurs récoltes, sans possibilité de réemménager avant plusieurs mois, voire plusieurs années. 1,5 million de personnes se sont déplacées à cause d’Eta et Iota selon le Centre de surveillance des déplacements internes (IDMC). Cela s’ajoute à des phénomènes migratoires déjà importants du fait de la pauvreté. Le Guatemala et le Honduras se sont vus accorder par les États-Unis le statut de protection temporaire pour leurs ressortissants émigrés : cette mesure garantit la non-expulsion de personnes originaires de pays frappés par des catastrophes ou des guerres. Cela doit permettre aux personnes déjà émigrées d’envoyer de l’argent vers les familles restées au pays, constituant une ressource non-négligeable, même si elle reste insuffisante.

Gilles d'Eggis, Bpi

Plus d'articles sur le cycle de conférences « Migrants, réfugiés, exilés » à lire sur Balises, le magazine de la Bibliothèque publique d'information.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire