BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 avr. 2022

La mondialisation de la migration : enjeux politiques et économiques

La migration est devenue un phénomène mondial. Les flux migratoires se sont intensifiés entre les pays du Nord et du Sud. Les migrants font le choix de quitter leur pays pour des raisons économiques, politiques mais aussi climatiques. Une rencontre organisée en janvier 2022 à la Bpi, à retrouver en ligne, fait le point sur les enjeux politiques et économiques de la migration dans le monde.

BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une migration mondiale et régionalisée

Depuis la chute du rideau de fer en Europe et l’ouverture de la Chine, la migration s’est mondialisée. En 2020, les migrants internationaux représentent 282 millions de personnes, soit 3,5 % de la population mondiale. Catherine Wihtol de Wenden, politologue, précise que dans le monde, 740 millions de migrants se déplacent à l’intérieur de leur pays pour des raisons économiques, climatiques ou militaires. En Afrique, il y a par exemple 26,5 millions de migrants internes.

La mondialisation de la migration s’est aussi accompagnée d’une « régionalisation des flux migratoires ». Catherine Wihtol de Wenden cite le géographe américain Douglas Massey, qui explique que dans la majorité des cas, les migrants font le choix de s’installer à proximité de leur région ou de leur pays d’origine. Ils créent ainsi des « systèmes migratoires régionalisés », c’est-à-dire des zones où ils conservent des liens culturels, religieux et linguistiques. Ce phénomène se vérifie entre les États-Unis et le Mexique.

Des zones de fracture 

La migration est fortement liée aux inégalités de développement humain, qui concernent plutôt les régions du Sud au faible niveau de vie et subissant une forte pression démographique. C’est le cas de l’Indonésie et du Bangladesh, dont l’augmentation du nombre d’habitants dans certaines villes entraîne des déplacements de population conséquents.

Les guerres civiles participent également au phénomène migratoire. Le Soudan du Sud est par exemple confronté à un conflit qui a engendré, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), plus de 2,5 millions de réfugiés et de déplacés, soit 20 % de la population. 

Des pays comme la Libye accentuent la migration illégale en encourageant notamment le trafic de migrants dans l’espace euro-méditerranéen. En 2020, un rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme fait état de migrants confrontés à l’enfermement, à l’esclavagisme mais aussi au viol.

Vers une gouvernance migratoire mondiale ?

Afin d’améliorer la gouvernance mondiale de la migration, les pays ont adopté, en 2018, le pacte de Marrakech. Il fixe vingt-trois objectifs qui visent à assurer « une migration sûre, ordonnée et régulière ». Parmi les engagements, la question du démantèlement des réseaux de passeurs est une des priorités. L’économie des trafiquants de migrants peut être arrêtée par l’ouverture des frontières et par la création de voies de migration légales. 

Selon Bertrand Badie, professeur émérite des universités à l’Institut d’études politiques de Paris, c’est aux États-nations de reprendre en main la question migratoire. Ils doivent adapter les politiques migratoires à la réalité du monde. En effet, « les comportements migratoires vont plus vite que les choix politiques », conclut-il.

Aurélien Moreau, Bpi

Plus d'articles sur le cycle de conférences « Migrants, réfugiés, exilés » à lire sur Balises, le magazine de la Bibliothèque publique d'information.
Revoir la conférence dans le Replay de Balises.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB