Kdoc
Professeur-documentaliste
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2013

Evo Morales et la renaissance Indienne en Amérique du Sud

Kdoc
Professeur-documentaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du Chiapas mexicain à la terre de feu, des sommets andins à la forêt amazonienne, partout en Amérique la clameur des Indiens se fait entendre.

Les leaders de ces renaissances indiennes inattendues sont des célébrités dans le monde entier. Ils s'appellent Evo Morales Ayma (Bolivie), Raphaël Correa (Equateur) , Ollanta Humala (Pérou), Rigoberta Menchú (Guatemala) ou encore le sous-commandant Marcos (Chiapas, Mexique). Ils sont les bêtes « rouges » du grand capital autant que les égéries des post-communistes occidentaux .

L'ethnocentrisme occidental les assimile à une gauche radicale parrainée par le défunt oncle Chavez, le charismatique leader vénézuélien, un peu trop pompeusement présenté comme l'ennemi déclaré de l'oncle Sam (qui reste pourtant son principal partenaire économique).

L'opportunisme politique de la gauche radicale européenne, qui peut-être surjoue sa proximité avec les gauches indianistes pour mieux masquer ses propres défaites, n'est pas étrangère à cette impression, en partie fondée. Car il est indéniable que les présidents andins ont tous occupés des responsabilités au sein de syndicats marxistes avant leurs accessions au pouvoir.

Cet opportunisme est légitime tant les convergences en matière politiques, économiques et sociales sont proches . Pour s'en convaincre, voici un extrait d'un discours d'Evo Morales Ayma :

« Je veux dire aux frères d'Amérique et du monde entier : unis et organisés, nous changeront les politiques économiques qui ne contribuent pas à améliorer la situation des majorités nationales. A ce stade, nous sommes convaincus que concentrer le capital en un petit nombre de mains n'est en aucun cas une solution pour l'humanité ; concentrer le capital en un petit nombre de main n'est pas la solution pour les pauvres du monde entier. (…) Nous avons l'obligation de résoudre ces problèmes économiques engendrés par la privatisation et la vente aux enchères de nos ressources naturelles.(...) Les mouvements sociaux veulent continuer à avancer pour libérer notre Bolivie, libérer notre Amérique. La lutte que nous a léguée Tùpak Katari continue, sœurs et frères, et nous la continueront jusqu'à récupérer tout notre territoire. La lutte que nous a léguée le Che Guevara, nous allons l'accomplir, et jusqu'au bout. Cette lutte ne s'arrête pas, cette lutte ne se termine pas. Dans le monde gouverne les riches ou gouverne les pauvres (…) Soeurs et frères, grâce à votre vote, pour la première fois dans l'histoire bolivienne, les Aymaras, les Quechuas, les Mojeños sont présidents. Non seulement Evo est la président, mais tous nous sommes des présidents. Merci énormément. »

Mais l'idéologie et le romantisme de la gauche radicale européenne, qui trop souvent dans ces conceptions identifient l'indien contemporain au cliché du « bon sauvage » hérité de Pêro Vaz de Caminha (jusqu'à en faire une sorte de figure tutélaire de l’anticapitalisme par excellence) ne doivent pas obscurcir la nature singulière des affirmations identitaires amérindiennes qui secouent les Amériques. Car au-delà du poncif tant de fois éprouvé de la lutte contre l'impérialisme, c'est avant tout un formidable mouvement de décolonisation qui s'est enclenché depuis une vingtaine d'années.

« Sœurs et frères indigènes de Bolivie, des pays d'Amérique Latine et du monde entier : aujourd'hui depuis Tiwanaku, depuis la Bolivie, commence une nouvelle ère pour les peuples originels, une nouvelle vie dans laquelle nous cherchons l'égalité et la justice ; une nouvelle ère, un nouveau millénaire pour tous les peuples. […]

« Je suis très ému, convaincu que c'est seulement avec la force et avec l'unité du peuple que nous allons en finir avec l’État colonial.[...]

« J'assume cet engagement, dans ce lieu sacré de Tiwanaku, de défendre le peuple indigène originel, non seulement de Bolivie mais de toute l'Amérique. »

«  Grâce à la Terre Mère, grâce à notre Dieu, la conscience a remporté les élections et maintenant la conscience du peuple va changer notre histoire, sœurs et frère (...) »

Les changements sociaux, politiques et économiques que génèrent les renaissances indiennes en Amérique du Sud sont, il faut bien le dire, absolument colossaux. La lutte contre l’ « État colonial » au profit de l'émergence d'un État-national pluriethniques n'est ni plus ni moins que le prototype d'une démocratie post-raciale, œcuménique, plus égalitaire et davantage respectueuse de son environnement : le modèle démocratique d'une société digne du XXIe siècle !

A ce titre , la Constitution bolivienne adoptée le 25 novembre 2007 est tout a fait exemplaire. C'est une des plus volumineuse au monde et ne compte pas moins de 431 articles ( la constitution française n'en compte qu'une petite centaine) dont une bonne trentaine dévolue rien qu'à la déclinaison des droits de l'homme (civils, politiques, économiques, sociaux et culturels!). En outre, les cosmogonies indiennes sont déclarées équivalentes à la religion catholique de même que l’État reconnaît toutes les langues indiennes comme équivalentes au castillan et projettent d'assurer au maximum un service d'éducation bilingue.

La suite de l'article ici : http://www.brasilpassion.com/evo-morales.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — France
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila