Brassac
auteur, traducteur, journaliste, producteur
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 janv. 2021

VERS LA BEAUTÉ, TOUJOURS !

Pascal Dessaint ‘à sauts et à gambades’.

Brassac
auteur, traducteur, journaliste, producteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De Pascal Dessaint, nous savons qu’il est un auteur de romans noirs, récompensé par plusieurs prix, dont le Grand Prix de la Littérature policière pour Du bruit sous le silence.

Avec près d’une trentaine d’ouvrages à son actif, il nous convie maintenant à le suivre Vers la beauté, toujours ! Avec la question de Henry David Thoreau en exergue du livre, le lecteur de ce texte bienfaisant et bienveillant n’a aucune peine à se localiser : il est entre de bonnes mains, en pleine nature sur les chemins du monde. « Où est le peuple qui commencerait par brûler les clôtures et ne toucherait pas aux forêts ? »

Fort des expériences personnelles dont il nous fait le récit, Pascal Dessaint nous l’affirme : « Rien de tel que les immensités pour se remettre à sa juste place. » En sa compagnie, nous redevenons ce que nous sommes : une partie du tout.

Ce texte littéraire et amical se déroule de chapitre en chapitre comme une plaisante ‘philosophie de poche’ pour marcheur. Son auteur se dispense, à raison, de citer par exemple Spinoza ou Rousseau. Il n’a, ici, nul besoin de ces penseurs pour étayer ses propos sur la Nature où il nous tarde parfois de retrouver notre place originelle. Dessaint oriente volontiers nos pas et nos lectures vers ses pairs et leur écriture, vers le Désert solitaire d’Edward Abbey ou le Nebraska de Dalva, avec Jim Harrison. Ce qui ne nous empêche pas de le suivre souvent, par les sentiers de Savoie ou du Nord, et surtout des Pyrénées. Et en tous lieux, la grande probabilité de S’y retrouver dans les étoiles, grâce au livre de Marc de Gouvenain, son ami de chemin.

C’est avec le sourire aux lèvres que nous emboîtons le pas à Pascal Dessaint quand il décide de partir tutoyer les Trois Seigneurs ou le Mont Valier en famille. En chemin, sa conversation plaisante et instructive nous rappelle la compagnie d’un Aldo Léopold français qui s’extasie, et nous avec lui, sur la beauté d’un azuré ou d’un merle de roche. Instant magique : un circaète Jean-le-Blanc tenant dans son bec un serpent !

Notre homme sait qu’il sera « toujours plus contemplatif que sportif ». Hédoniste aussi, à ce qu’il semble. Sans parler des pique-niques qu’il partage tantôt avec sa compagne et son fils Félix, tantôt avec un compagnon de randonnée — pauses glorifiées d’un morgon ou d’un vin d’Anjou mirobolant.

Écrit dans une langue souple et allègre, ce livre nous égaye par sa diversité de tons, d’images et de propos. Margoulette et boustifaille sont des mots que l’on croyait perdus, égarés dans le grenier de quelque académie. Et puis non : ils vivent encore, usités qu’ils sont ici à juste escient par l’auteur.

Il nous dispense de sages conseils sur L’art de faire son sac. Des conseils utiles et judicieux, qui viennent d’un homme du terrain, que l’on voit ramasser « les détritus qui ne sont pas les [siens]». Et quand il ajoute « Je ne me sens pas idiot. La planète est ma maison », la sympathie à son égard grimpe jusqu’en haut de notre échelle de lecteur. Le monde des oiseaux lui inspire admiration et réflexions… D’où sa charmante autoanalyse ornithologique quand il avoue ne pas poursuivre le quantitatif : « C’est, dit-il, mon côté colibri, » rappelant que, dans l’un de ses romans, il fait dire à un personnage : « C’est peut-être une goutte d’eau dans l’océan, mais enlève toutes les gouttes de l’océan, et il n’y a plus d’océan ! »

Certes, marcheur, il l’est assurément. Mais pas adhérent pour autant à tous les groupes de marcheurs… Si nous voyons ce qu’il veut dire, stigmatisant la récupération facile des vocables par une quelconque novlangue.

Pascal Dessaint nous livre en passant son bilan anticipé d’homme et d’auteur : il aura « écrit deux ou trois livres qui tiennent bien la route ». Cet homme est un modeste et un enthousiaste. Il ne nous lâche pas… Il nous tient jusqu’à la fin parmi ses bergeronnettes, ses oursons, au plus profond de ses hêtraies. Pour preuve, la toute dernière phrase de cet ouvrage réconfortant : Marchons ! Vers la beauté, toujours !

Pierre-Jean Brassac

Pascal Dessaint, Vers la beauté, toujours ! Collection Marcher avec, Éd. Salamandre, 135 p., 19 €

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT