JOURNEE DES DROITS DE L'ENFANT

La Convention Internationale des Droits de l'Enfant a eu hier 26 ans....

Il n'en est pas fait mention dans les médias comme on pouvait s'y attendre compte tenu de l'actualité. Il n'en est d'ailleurs jamais fait beaucoup mention !...

 POURTANT, la barbarie qui s'est invitée en France peut prendre moult formes. Trois procès de martyres effroyables d'enfants se sont déroulés dans nos tribunaux il y a à peine quelques semaines...

 J'aurais aimé que cet anniversaire soit l'occasion de dire à quel point la République n'a de sens que lorsqu'elle protège ses plus vulnérables. L’effroi qui secoue notre pays est d'autant plus terrible que ces attentats ont touché la jeunesse.

On lance des appels à sortir, montrer notre joie d'être libres, de rire, de jouir de l'existence et je suis bien d'accord !!!

 Des enfants sont aujourd'hui orphelins, des enfants sont aujourd'hui traumatisés car ils ont vu ce qu'ils n'auraient pas du voir vendredi et aussi jeudi à Saint Denis.

Des enfants dans le monde voient tous les jours ce qu'ils ne devraient pas voir, subissent tous les jours ce qu'ils ne devraient pas subir. En France, cela se passe dans le secret de l'intimité familiale et quelquefois dans les institutions censées les protéger.

 Face aux événements que nous venons de subir, nous n'avons pas d'autre choix que de devenir meilleurs, plus adultes. Les lycéens qui manifestent à leur façon, qui entonnent avec conviction la Marseillaise ont bien compris que le monde que nous leur laissons n'est pas celui des bisounours des contes pour enfants. De vilains ogres et autres sorcières existent dans la réalité. Des tout petits le savent, le vivent déjà. Des centaines en meurent chaque année en France...

Nous, les « grandes personnes », montrons leur que nous sommes là, refusons la barbarie où qu'elle soit, d'où qu'elle vienne. Que notre vie ne soit plus comme avant individualiste et petite !!!

 L'insouciance doit revenir aux enfants et nous, adultes, n'ayons de cesse de les protéger.

 Ouvrons les yeux, regardons autour de nous pas seulement pour repérer un djihadiste, mais aussi un enfant en souffrance.

 Soutenons, aidons les associations, soyons généreux.

Ainsi nous retrouverons un cœur léger et nous pourrons rire, nous amuser avec les nôtres.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.