Quitter Mediapart

 Ce serait presque un nouveau type d'exercice littéraire que le billet d'adieu au club de Mediapart.

Ce qui suit n'en est pas vraiment un : je ne sais pas si je boirai à nouveau de cette eau, je ne peux affirmer que je ne reviendrai jamais dans ces parages.

 

Mediapart existe, et c'est très bien.

Je regrette simplement que son sain esprit critique à l'égard des institutions me semble s'évanouir parfois, dans un triangle des Bermudes dont les angles seraient en quelque sorte le NPA, l'Université de Paris 8 et le PIR.

Moderne le plus souvent, on y sent pourtant circuler de temps en temps l'haleine recuite de vieilles soupes des années 60-70-80, et j'ai eu plusieurs fois l'impression d'une bien curieuse alliance entre une technique innovante et un passé qui mériterait de... passer.

 

Mediapart existe, mais il n'est pas le seul : Arrêt sur Images, le Diplo, Politis, Alternatives Economiques, tant d'autres… et le Club peut avoir un aspect addictif qui nous éloigne de cette évidence. Mediapart serait-il le Facebook des intellectuels (ou assimilés) ?

 

Ce billet est surtout un amical signe à tous ceux que j'ai pris plaisir à lire, à contredire, ou à taquiner.

J'y ai beaucoup appris.

 

 

Bonne continuation à tous, et longue vie à Mediapart.

 

 

 

Les gens qui doutent : A. de la Simone, J. Cherhal, V. Delerm © krol77able
 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.