Les électeurs du FN : naturellement bêtes et méchants ?

Un discours de pure condamnation des électeurs du FN existe depuis longtemps : ceux-ci sont racistes, habités par la haine et le ressentiment.

« Je parle avec des gens du Front national, il y en a même que j’aime bien. Je vous le dis très franchement : certains sont plutôt sympathiques. La plupart ne sont pas des racistes ou des antisémites, mais des gens très malheureux. »

Bernard Stiegler, suite à la parution de "Aimer, s'aimer, nous aimer".

 

 

Un discours de pure condamnation des électeurs du FN existe depuis toujours : ceux-ci sont racistes, habités par la haine et le ressentiment.

Sans doute, c'est en partie vrai. Mais il me semble que si Le Pen fille dépasse largement Le Pen père, c'est précisément parce qu'elle a partiellement gommé le discours xénophobe et vichyste qui prévalait au FN. Ou plus exactement, elle l'a estompé, dissimulé derrière un féminisme, une laïcité, un anti-libéralisme de facade. Les électeurs du FN sont donc en partie leurrés, dupes d'un discours hypocrite*. Sont-ils tous racistes ? Certainement pas.

 

On me dit alors qu'ils sont bêtes, ces électeurs, pour être leurrés à ce point. Certes, peut-être.

Mais plutôt que de lancer des anathèmes, mieux vaudrait comprendre pourquoi des gens en arrivent à être leurrés (ou "stupides") à ce point**, mieux vaudrait comprendre comment on en arrive à cette expression de la haine***, mieux vaudrait comprendre le processus humain, trop humain, qui fait que l'on cherche toujours un bouc-émissaire**** pour échapper à la complexité des problèmes plutôt que l'on s'attaque réellement à leur résolution (surtout si l'on est en bas de l'échelle sociale et que l'on a bien peu de prise sur la marche du monde...).

 

Soit l'on naturalise cette haine, on dit: ils sont bêtes et méchants, c'est leur nature, et il faut les combattre en les renvoyant à leur bêtise et à leur haine. On leur tape dessus, symboliquement et/ou physiquement.

Soit on considère que cette bêtise et cette haine dépendent des conditions matérielles d'existence et d'un endoctrinement, et on demande d'abord quelques comptes aux pseudos "élites". On constate notamment que l'émergence du FN est un utile dérivatif à la juste colère des peuples, en passe d'être ruinés depuis la « crise » de 2008.

 

Etant culturellement de gauche, je penche pour la seconde solution car l'existence précède l'essence, et car elle est, en outre, porteuse de paix civile puisque la première ne fera que renforcer les camps en présence, radicaliser les positions, et empêchera in fine tout dialogue et donc toute solution pacifiste.

 

 

 

* Ils ne sont pas les seuls : regardez ceux qui croient en l'ubérisation...

** Demandez à Hanouna ! Demandez aux ultra-libéraux qui trouvent sans relâche que l'éducation coûte trop cher !!

*** Où le ressentiment prend-il son origine sinon dans la souffrance, la difficulté à être, et les frustrations, au passage sans cesse renforcées, creusées, par la publicité, le marketing et la consommation ? Que fait-on quand on a pas les armes intellectuelles pour se défendre de cette violence ? Ces armes qu'une école est de moins en moins capable de trasnmettre ?

**** Laborit donne une piste plus qu'intéressante.

 

"FN, souffrance

Qu'on est bien, en France

C'est l'heure de changer la monnaie..."

 Cantat, 1996.

Noir Désir - Un Jour En France © NoirDesirVEVO

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.