Deux ou trois héros à saluer bien bas.

On ne peut que saluer le courage et la détermination avec lesquels deux hommes, légèrement équipés d'armes de guerre, ont réussi à vaincre une véritable armée de provocateurs anticléricaux qui avaient tous moins de cent ans.

Alors que le rapport de force n'était évidemment pas en leur faveur, ils sont venus à bout de la majeure partie de ces monstres dont les crayons acérés (comme par hasard taillés de frais...), auraient pu, sans la présence d'esprit et la vaillance de nos héros, être autant de flèches fatales.

 

En un mot comme en cent : chapeau.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.