Un bien bel exemple de démagogie (à l’attention des profs)

Faut-il que le PS soit totalement décervelé et envahi par cette idée si commune aujourd’hui que l’argent est la réponse à tout ? Et déconnecté du monde enseignant ? Voilà donc une promesse de campagne d’Hidalgo : doubler le salaire des enseignants sur son quinquennat. Si la thématique du salaire trop bas existe en salle de profs, la souffrance enseignante est un peu plus profonde.

Faut-il que le PS soit totalement décervelé et envahi par cette idée si commune aujourd’hui que l’argent est la réponse à tout ? Et déconnecté du monde enseignant ?

Voilà donc une promesse de campagne d’Hidalgo : doubler le salaire des enseignants sur son quinquennat.

Stupéfiant non ?

Quel enseignant serait contre ? Avec une telle promesse (chiffrée, hein : 60 milliards, c’est facile faut faire « multiplié par 2 ») quel enseignant égaré ayant voté Macron, Mélenchon ou Le Pen en 2017, ne retournerait pas -se disent les puissants penseurs du PS- au bercail?

Comme en 81 : tous les profs votant, comme un seul être humain, Tonton.

C’est pour qui les 866.000 profs ? C’est pour Tata.

Nous ne serions donc que cela ? Quêtes d’un meilleur salaire ?

Même si la thématique du salaire trop bas existe -bien sûr- en "salle de profs", ce n’est pas un sujet prépondérant de plaintes et la source de la souffrance enseignante est un peu plus profonde...

Pour faire vite, ce sont les effectifs pléthoriques et le nouveau management public, joints à des changements trop fréquents de programme, l’absence de consultation et de considération (le bas salaire n’en étant que la partie immergée), la privatisation rampante, la dégradation de l’environnement social, la trahison de la promesse d’égalité, la démagogie des ministres successifs, la tentative de les prolétariser (grâce aux nouvelles technologies) bref, leurs conditions de travail, qui écœurent les professeurs.

Il faut ajouter à cela la dévalorisation continuelle de la connaissance, et l’idée néo-libérale que l’école ne doit servir qu’à fournir une main d’œuvre compétente, adaptable et acritique.

Tout ceci détruit absolument le sens de ce métier.

Et c’est bien là le plus important et le plus violent, mais aussi le plus difficile à penser, car contrer cette destruction signifierait affronter véritablement l’idéologie hégémonique actuelle. Autre paire de manche n'est il pas?

Ainsi, Hidalgo, épaulée de sa fine équipe, avec cette promesse qui n’engagera d’ailleurs que ceux y croiront, fait un double aveu :

« je pense en bonne néo-libérale (l’argent est le cœur du problème) et je ne connais pas le monde enseignant ». dit-elle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.