Mélenchon : Réglement de compte à la gauche de la gauche?

Ce petit billet cherche à comprendre ce qui se joue derrière l'article Arfi-Perraud qui a fait beaucoup couler... taper sur les claviers.

Plusieurs hypothèses ont été soulevées, tant la charge était cousue de grosses ficelles.

 

On peut en effet spéculer sur de vieilles rancunes mal soldées des années mitterandiennes. Plenel et Mélenchon doivent largement se méfier l'un de l'autre. Et l'article sur Pierre Péan, signé Fabrice Arfi, a pu susciter chez beaucoup un malaise certain. Rancunes probables, mais rien de probant.

On a pu penser que Mediapart « roule » pour le PS : ça ne me semble absolument pas correspondre à leurs positions ; Mediapart milite clairement pour un rassemblement à la gauche du PS.

 

C'est à mon avis d'ici qu'il faut partir. Qui en 2017 ? Qui sera le meilleur leader pour une gauche (plus ou moins) radicale, avec des chances de l'emporter ? Et avec quelles idées ?

Et là, on observe :

 

1- Une personnalité a été mise en avant :

http://www.liberation.fr/politiques/2015/03/06/clementine-autain-la-premiere-victime-de-cette-affaire-n-est-pas-poutine-mais-nemtsov_1215450

http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-marliere/060315/clementine-autain-les-luttes-par-en-bas

La photo utilisée dans le blog est tout à fait parlante :

 

 

 

 

 

 

 

 

Clémentine est aussi belle et jeune et avenante qu'Alexis, et plus proche de lui que Jean-Luc, lequel regarde ailleurs, égaré, fatigué, vieux: on sait pour qui vote, et des mots, et des photos, Philippe Marlière...

 

2- La pensée de Clémentine Autain est mediaparto-compatible sur la question d'une laïcité (très) ouverte (contrairement à Mélenchon qui défend une laïcité plus rigoureuse).

Un article tout récent de Clémentine Autain : http://www.regards.fr/web/article/de-quoi-rokhaya-diallo-est-elle-la

Un article de Mediapart : http://www.mediapart.fr/journal/france/230215/la-mairie-du-xxe-decrete-rokhaya-diallo-persona-non-grata

Ce billet, au contenu moins directement pris dans l'actualité, d'une (presque) aussi mauvaise foi que celui de Perraud et Arfi, mais passé plus inaperçu malgré sa mise en Une : http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/020315/un-autre-heritage-des-lumieres-l-encyclopedie-contre-le-mahomet-de-voltaire (ici, une analyse du billet incriminé:  https://blogs.mediapart.fr/bf/blog/170315/lencyclopedie-contre-voltaire-vraiment)

Notons en outre que ce parti-pris arrive comme par hasard au moment où vient d'être organisé un meeting contre l'islamophobie qui a divisé le FDG. D'un côté le PG, de l'autre... "Ensemble", le courant de... Clémentine Autain. Au milieu le PC qui y va mais n'y va pas:

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ce-meeting-contre-l-islamophobie-qui-divise-la-gauche_1658750.html

On peut être plus ou moins d'accord avec cette ligne, évidemment. Pour ma part, je suis assez en accord avec Serge Kaganski : Rokhaya Diallo sera crédible dans sa lutte quand elle condamnera davantage Dieudonné ou Soral que Fourest (http://blogs.lesinrocks.com/kaganski/2015/02/26/apres-charlie-quelles-gauches/).

 

On peut donc penser à une alliance politico-médiatique de circonstance... La ligne « pure » de la gauche cherche à écarter la ligne « impure », aidée par un grand media, relayée par tous les autres (mais pour d'autres raisons évidemment, ceux-ci sont trop contents de voir Mediapart sonner l'hallali et rouler objectivement pour la norme politique, c'est-dire le PS ou l'UMP).

 

Derrière cette tentative d'écarter Mélenchon, de bonnes raisons sans doute : une personnalité plus rassembleuse, plus photogénique, moins en délicatesse avec le monde médiatique. Admettons... C'est important.

Mais je considère que ce sont des raisons superficielles et grandement fausses (par exemple, si le FDG ne fait pas le score de Syriza, c'est bien plus parce que nous ne sommes pas -encore- dans l'état des Grecs que par la faute des déclarations mélenchoniennes...).

Les raisons profondes sont plus discutables, et notamment celles qui ont trait à la question laïque. C'est-à-dire qu'on devrait les discuter, sereinement, sans anathèmes ni insultes. Ce n'est pas le chemin pris et comment ne pas voir les terribles dégâts de cette méthode :

- Risque de fracture aggravée au sein de la gauche du PS. Mediapart a d'ailleurs pu constater, malgré ses dénégations, que la ligne « impure » n'est pas forcément minoritaire dans son lectorat.

- Surtout, la méthode employée est anti-démocratique. Elle tient du putsch médiatique, du règlement de compte, du crime symbolique. Pas du débat citoyen. Pire: elle mise davantage sur les émotions que sur la réflexion.

 

Ce billet n'est absolument pas une charge contre Clémentine Autain que je peux apprécier par ailleurs. Je ne l'accuse pas d'avoir manigancé quoique ce soit. Des logiques se mettent en place, et hommes et femmes en sont les jouets malhabiles. Je pense par contre que toutes les idées doivent être discutées, sur la place publique, calmement, et que le choix final doit être celui des citoyens.

Autrement dit, ligne « pure » ou « impure » pour la gauche de la gauche, ceci doit être décidé au cours de débats où pourront s'impliquer tous les sympathisants.

Toute autre option est désastreuse et nous éloigne encore un peu plus du politique.

 

J'espère que ce billet est truffée d'erreurs et de spéculations qui s'avéreront fausses.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.