Hollande, Jaurès et le sens de l'image.

Entendant les bruits de bottes, là-bas, de tous côtés, je me souviens de Jean-Jaurès.

Entendant les bruits de bottes, là-bas, de tous côtés, je me souviens de Jean-Jaurès.

Et je tombe sur cette photo, qui dit tant. C'est la commémoration de sa mort, le 31 juillet 2014. Une opportunité à ne pas laisser passer, quand on se voudrait socialiste.

francois-hollande-assiste-aux-commemorations-des-100-ans-de-la-mort-de-jean-jaures-a-paris-le-31-juillet-2014-portrait-w674

Notre président semble naturel, mais derrière la photographie de Jaurès, derrière le sourire comme spontané du grand homme du jour: la nuée de photographes.

Le hasard est donc ailleurs.

Rassurez-vous, braves gens: personne, surgissant de derrière la vitrine, ne lui trouera la peau.

 

L'"idée" des communicants (peut-être parlent-ils même de "concept") : associer la figure tutélaire jauréssienne à cette autre, si peu tutélaire, d'une rondeur qui passera bien plus vite qu'elle n'est arrivée, et qui ne laissera dans l'Histoire, rien.

Il faut bien, au moins dans l'instant (puisqu'après nous le déluge), sauver les meubles, ou au moins les apparences.

Tout est cousu de fil blanc, et plus personne n'en doute. Le photographe en est peut-être bien conscient, dont le curieux cadrage, comme ironiquement penché vers la gauche, semble accentuer la direction des regards: vers les hauteurs pour l'un, au niveau de la rue et des objectifs, pour l'autre.

Faux naturel, contre vrai pose : où est la dignité, où la vérité, où la sincérité, où le respect du citoyen?

 

La place qu'occupe de Hollande cherche à induire une lecture, de gauche à droite : à la vignette suivante Hollande s'est métamorphosé en Jean-Jaurès! Hollande, c'est Jaurès, mais en couleur. Modernisé. Regardez les regarder dans la même direction!...

Mais c'est le message inverse qui est produit: au fond, Hollande est le passé de Jaurès. Il est loin derrière.

 

Et les bruits de bottes battent la campagne. Mais le pire n'est jamais sûr, même si l'Histoire n'est jamais faite que par les êtres humains, qui ne changent pas beaucoup. Moins en tous cas, que les villes qu'on détruit avec constance.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.