Rubrique nécrologique: le "vote utile".

Le vote utile était ce qui nous protégeait de Le Pen. C'est fini: il a vécu.

Voici un sondage tout frais, qui donne (à prendre avec les pincettes d'usage, évidemment) ce que donneraient toutes les combinaisons possibles de second tour entre les quatre prétendants à la présidence de la République:

presidentielle-sondage-macron-et-le-pen-tallonnes-par-fillon-et-melenchon-1

 Source: http://www.ouest-france.fr/elections/sondages/presidentielle-sondage-macron-stable-melenchon-et-fillon-tallonnent-le-pen-4929172

 

Premier constat majeur : personne ne perd face à Le Pen au deuxième tour.

Le vote utile n'existe donc pas. Et c'est tout.

C'est, noir sur blanc, la grande leçon : on ne prend aucun risque en votant par conviction au premier tour.

 

Deuxième constat : au second tour, Mélenchon bat Le Pen haut la main, bien plus largement que Fillon. Ce qui est logique attendu que les électorats de ces deux mis en examen sont assez semblables depuis la primaire de droite, et singulièrement ressemblants depuis la fuite en avant berlusconienne du hobereau sarthois.

 

Troisième constat : le second tour entre Macron et Mélenchon est le plus équilibré de tous et donc le plus indécis. Et c'est logique : c'est ici que se situe le véritable choix politique, le véritable tournant.

D'un côté, le libéralisme de moins en moins régulé, une prise en compte toute relative de l'écologie (seulement si ça rapporte, on repeint vert...), la financiarisation libre et non-faussée… Autrement dit, une affirmation, et une accentuation de la ligne Hollande.

De l'autre, un vrai projet de rupture avec la folie libérale-consumériste, un horizon qui émancipe de la marchandise frelatée, une prise en compte de l'intérêt commun planétaire...

Bien évidemment, Fillon et Le Pen sont à ranger dans le premier camp : ils ne proposent aucune remise en question de ce qui nous mène dans le mur mais son amplification, Le Pen se dissimulant hypocritement derrière un projet faussement social, mais véritablement nationaliste et identitaire.

 

 

Le pistolet à bouchon du "vote utile" a donc vécu.

"A nous, romanesques amis"...

 

12172

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.