Bringuenarilles
Abonné·e de Mediapart

99 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 janv. 2022

La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »

La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.

Bringuenarilles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible -c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.

C’est pour cela qu’il faut saluer le courage intellectuel de Clémentine Autain1 et de la France Insoumise qui osent ne pas plier devant la dégoulinance de bons sentiments dont s’affublent ceux qu’on pourrait pourtant bien appeler, si l’on reprenait leur propre définition extensive et subjective du mot « génocide », des … génocidaires.

En effet, combien de morts en Irak, combien en Libye, en Syrie et ailleurs ?

Et combien seront massacrés au Yemen avec les armes françaises glorieusement vendues par notre VRP en chef ? Ce sont là des morts pour la démocratie, me souffle-t-on. J’oubliais.

Passons. Ces positions, au moins, seront -elles conséquentes ? On ne saurait croire le contraire. On voit déjà fort bien Hidalgo annuler les JO de l’été 2024. On croit savoir que L’UMP s’est fortement distancé d’un parti chinois avec lequel, dans un accord vieux de 12 ans, il a souhaité « multiplier les échanges entre dirigeants mais aussi entre cadres et élus du parti ».

On imagine surtout Macron, dans le sévère froncement de sourcil qui lui est si caractéristique, rompre toute relation commerciale avec la Chine. C’est mal parti, non ?

Et c’est donc moins « saluer le courage intellectuel de Clémentine Autain et de la France Insoumise » qu’il faut faire, que dénoncer le cynisme pervers et l’inconséquence dont font preuve tous ces brillants votants.

Car dans cette affaire, il y a surtout deux choses à comprendre:

- L'instrumentalisation de la souffrance du peuple Ouïghour à un niveau géopolitique (donner des arguments aux EU2 en train de resserrer leur étau sur la Chine, en passe de les détrôner).

- L’instrumentalisation de la souffrance du peuple Ouïghour en politique intérieure (ça permet en effet à Macron de ternir l'image de la FI et de se donner à peu de frais une image d'homme plein de compassion).

Dans cette affaire, donc, la souffrance des Ouïghours, tout le monde s'en fout3.

Enfin, le courage intellectuel est ici indémêlable d’une vision réellement démocratique de l’Histoire et du Droit. Clémentine Autain rappelle quelque chose de fondamental: "Je ne suis pas capable d’affirmer que c’est un génocide parce que je me fie au monde universitaire, aux ONG qui travaillent sur la question, aux travaux de l’ONU."

Ce ne sont pas les politiques qui doivent dire l’Histoire, dire le Droit.

Ne pas respecter cette séparation des rôles, c’est bafouer un principe démocratique fondamental. Et dans ce cas précis, c’est affaiblir la puissance du mot "génocide" qui, n’en déplaise à certains, à un sens précis. S’en servir à tort et à travers, sans légitimité historique et juridique, pour instrumentaliser l'histoire à des fins (géo)politiques en surfant sur sa charge émotionnelle, c’est se condamner, à moyen terme, à voir ce terme tellement galvaudé, tellement évidé, qu’il n’aura plus aucun impact.

« Tiens, encore un génocide. Un scotch, please », entendra-t-on au café du commerce du Sénat.

                                                                                                         ***

1 Laquelle a toujours dénoncé les exactions commises.

2 L'accord Aukus n'aura donc pas suffi à nous désaligner. Mais il est vrai que nous avons pu vendre, comme en retour dirait-on, des Rafales à MBS qui pourra donc très humanitairement, car avec l'aval implicite du très démocratique Macron, massacrer des Houthis.

3 En fait, c’est pire : nos "élites" sont de plus en plus fascinées par le"modèle" chinois. LREM comme l'UMP. Le capitalisme autoritaire leur semble, maintenant que la séduction consumériste a du plomb dans l'aile, un horizon à envisager. C’est ce que qu’explique très bien Barbara Stiegler.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse