"Le «risque Mélenchon» ou le nouveau mur de l'argent"

Ce qui caractérise l'univers médiatique de ces jours-ci, devant l'émergence du vote FI, c'est l'utilisation de la peur comme arme de dissuasion massive. Comme d'habitude, un vote qui dérange vraiment des intérêts bien compris est qualifié d'"irréaliste" et de "dangereux". Benjamin Lemoine, sociologue au CNRS, analyse ce chantage à la faillite et s'inscrit en faux contre cette vision catastrophiste

Source: http://www.liberation.fr/debats/2017/04/21/le-risque-melenchon-ou-le-nouveau-mur-de-l-argent_1564294

Loin d’être «irréaliste» comme le prétendent les marchés financiers et leurs porte-voix, le programme économique du candidat de La France insoumise, parce qu’il entend les discipliner au service de la justice sociale, se heurte à un nouveau mur de l’argent.

«Jamais une élection présidentielle n’aura suscité autant d’intérêt de la part des investisseurs financiers», peut-on lire dans les médias, qui mettent en avant le «risque politique» représenté par certains candidats, Jean-Luc Mélenchon en tête. Nouveau baromètre de la vie publique, les indicateurs matérialisant ce risque, comme les écarts de taux d’intérêt entre la dette de la France et celle de l’Allemagne, les notations souveraines ou encore les appréciations d’investisseurs sur le pays dans la presse spécialisée, permettraient aux journalistes de jauger des candidats et de qualifier leurs programmes de «sérieux» ou d’«irréalistes».

Ce réveil des inquiétudes d’investisseurs intervient après plusieurs décennies d’alignement de l’offre politique entre la droite et de la gauche dans le gouvernement sur l’économie et la finance.

Si l’on se penche sur le profil des campagnes présidentielles précédentes, celle de 2017 est inédite. Le pouvoir de la finance dans le fonctionnement des Etats et des sociétés, devenu structurel ces quarante dernières années, est plus que jamais contesté. Parmi les onze candidats à l’élection, deux seulement se posent en héritiers de l’ordre de la dette : François Fillon et Emmanuel Macron supposent que le volume de dépense publique et le fonctionnement des services publics sont les seuls responsables du fardeau de la dette, et qu’il faut avoir le courage politique de «tailler dans le gras».

Panique et stress des investisseurs

Les autres ont pour point commun de réinterroger ce «cadre» classique en proposant toute une série de mesures contre l’austérité : émancipation des critères de convergence, relance budgétaire massive de l’investissement public, sortie du dogme anti-inflationniste, retour à la création monétaire publique et à des formes administrées, socialisées et démocratiques d’allocation du crédit à l’économie, sortie de la zone euro, etc.

Dans cette optique, le programme de Jean-Luc Mélenchon joue toute sa cohérence dans la remise en cause de l’hégémonie de la finance qui s’arroge le droit d’arbitrer dans nos démocraties entre les candidats acceptables et ceux qui ne le seraient pas.

En réalité, plutôt qu’un programme budgétaire «insoutenable» ou «irréaliste», la thématique du «risque Mélenchon» vient avant tout sanctionner la perspective d’une fiscalité augmentée sur les hauts revenus et sur les transactions financières ainsi que la possibilité réelle d’une finance disciplinée.

En instaurant la panique et le stress, les acteurs financiers peuvent entraîner une spirale dépréciative qui crée les conditions de l’échec de telle ou telle politique économique, par exemple, en «ne se rendant plus» aux séances de vente aux enchères de dette publique des gouvernements qui leur déplairaient (on dit alors que les détenteurs d’obligations «votent avec leurs pieds»). Dans le même temps, leurs dénonciations de ces mêmes programmes, liées à leurs propres raisons d’agir, s’imposent comme les causes économiques fondamentales qui viennent expliquer l’échec d’une politique et restreindre le débat sur la politique économique.

Enjeu démocratique

Ce mur de l’argent avance masqué. L’intérêt des financiers à la préservation de la valeur des titres de dette qu’ils détiennent contre la menace inflationniste ou encore leur méfiance vis-à-vis de toute tentative de renégociation du contrat sont largement déniés dans des formules à visée universelle («la France court le risque de la faillite») ou des totalisations (les «générations futures» victimes du fardeau de la dette). Ces formules dissimulent les divisions sociales entre ceux (Français ou non) qui détiennent des bons du Trésor et les autres, bénéficiaires des minima sociaux et des structures publiques, ou simplement qui ne sont pas en capacité d’épargner.

En se banalisant, la thématique du «risque politique» transforme les anticipations de profit ou de désagrément particuliers des investisseurs financiers en «valeurs universelles» de nos démocraties. Le «risque» évoqué par les acteurs financiers est avant tout un risque pour ce secteur très particulier de l’économie et non pour l’économie en général.

La présidentielle de 2017 constitue une épreuve démocratique au sens où son issue peut changer la donne des publics qui comptent le plus dans nos démocraties : les acteurs financiers ou les citoyens attachés aux services publics et à la justice sociale. Elle est une occasion de mettre en débat la façon dont l’Etat se finance et quelles sont les formes de représentation légitimes qui fixent l’horizon collectif de nos sociétés : des enchères pour la vente de titres de dette souveraine ou des élections convoquant les citoyen.n.es.

Benjamin Lemoine est auteur de l’Ordre de la dette : enquête sur les infortunes de l’Etat et la prospérité du marché (La découverte, Paris 2016).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.