Ce que la dictature fasciste française qui vient veut dire.

 

Le conseil d'état est là pour dire la loi, la loi républicaine.

 

Les décrets anti-burkini étaient illégaux et ont été jugés tels.

 

Or, il me semble fort amusant à cette occasion de rappeler que sur Mediapart, nombre de commentateurs crient au fascisme plus souvent qu'à leur tour. L'état (et avec lui 95 % des citoyens français, nos commentateurs de choc faisant évidemment partie des 5 % d'héroïques résistants) est pour eux totalitaire, impérialiste, colonialiste et/ou néo-colonialiste, pétainiste, et même « pétainiste transcendental ». Quand il n'est pas jugé franchement nazi. Voire pire.

 

Sans idéaliser aucunement notre cinquième république, vermoulue à bien des égards, et qui est loin d'être un parfait et achevé modèle de démocratie, il serait dommage de ne pas goûter l'ironie du moment :

 

De glorieux combattants anti-nazis vont à présent se réjouir de la décision d'un conseil d'état, pourtant inspiré par Goebbels et Gobineau, conseil d'état en charge de faire respecter des lois racistes (puisque la république est inspirée des Lumières, philosophes qui étaient racistes, et colonisateurs, et uniformément très méchants. Bon, je coupe un peu parce que vous devez connaître le raisonnement et que c'est un peu fastidieux).

 

Etonnant, non ?

 

Ou alors, il faudrait considérer que nous ne vivons pas encore tout à fait en dictature, et que l'esprit de nos lois n'est pas si raciste que ça. Ce qui laisserait le champ libre à une analyse juste et efficace d'un bien réel déficit démocratique, et à une critique sereine et argumentée de nos institutions. Heureusement, nous n'en sommes pas là : ce serait très compliqué, et priverait d'un passe-temps fort réjouissant bon nombre de mediapartiens très attachés à leur idée de la liberté.

 


missionsecrete

 

 


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.