Plaidoyer pour une révision de l’article n° 180* du Code civil

*«S'il y a erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l'autre époux peut demander la nullité du mariage. » La récente “affaire” de la demande d’annulation de mariage

*«S'il y a erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l'autre époux peut demander la nullité du mariage. »

 

La récente “affaire” de la demande d’annulation de mariage d’un mari musulman à Lille qui a abouti à une acceptation de la demande de nullité pour "erreur sur les qualités essentielles de la conjointe” me fait réagir car ce jugement risque, avec la noble intention de protéger l’ancienne épousée, d’aboutir, en fait, à l’effet contraire en faisant jurisprudence.
Il est temps de dépoussiérrer cet article qui date car il prête à confusion. Il n‘est jamais trop tard pour clarifier la pensée républicaine et le modifier, afin de lever toute ambiguïté sur son contenu. Les paroles s’envolent, les écrits restent et ils sont d’autant mieux perçus quand ils sont explicités et gravés au burin dans le marbre de la loi. Pourquoi continuer à rester dans le flou?
300px-Declaration_of_Human_Rights.jpg
Le mariage laïque est une association de personnes libres et consentantes qui partagent des intérêts communs, à défaut de phéromones en harmonie, pour construire un projet de vie commune en regardant ensemble dans la même direction.
Chaque être humain est unique et son corps, comme son esprit, lui appartiennent. Nul n’a le droit d’attenter à l’intégrité individuelle... L’esclavage est heureusement aboli en France depuis le 27 avril 1848 (ce qui n’empêche malheureusement pas sa résurgence clandestine selon le CCEM) et il ne faudrait surtout pas que l’aliénation de la personne puisse de nouveau advenir de façon sournoise dans notre République “laïque et républicaine“.
Il faut empêcher que des religions (ou des sectes) puissent se prévaloir d’un tel article pour s’immiscer dans les affaires de l’Etat et imposer leurs dogmes. Les religions, quelqu’elles soient, ont été crées par des hommes pour des hommes afin de calmer leurs légitimes angoisses existentielles.
Restons vigilants pour protéger nos libertés d’opinion et de conscience des prédateurs de toutes sortes qui malheureusement font la lie de l‘humanité. Il faut tout faire pour les empêcher de nuire à défaut de pouvoir les neutraliser!
Merci à tous ceux qui se sont battus pour que la Déclaration Universelle des droits de l’Homme (adoptée par l’ONU à Paris le 10 décembre 1948) soit la référence inscrite au frontispice des Etats républicains....
Merci à tous ceux qui ont permis d’éclairer les consciences pour que les idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité soient défendus becs et ongles en toutes circonstances...
Ces valeurs sont les miennes et en tant que citoyen libre et responsable je me battrai pour éviter à quiconque de les bafouer...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.