Phobies

Toutes les phobies ne se valent pas

Une très spécieuse distinction est faite de nos jours entre différentes phobies
Certains comportements humains, dit-on, pourraient légitimement engendrer une phobie.
D’autres phobies ne seraient pas autorisées.
Distinction qui devrait dérouter les psychiatres.

Mais, soyons sérieux, ces néologismes qui font se terminer par phobie, les comportements qui déplaisent à certains ne sont pas innocents.
Ceux qui s’opposaient à la religion se sont jusqu’alors nommés athées et les croisés partaient en guerre contre les Sarrasins. L’adversaire ou l’ennemi n’était pas objet de phobie mais d’une détermination combattante.

Aujourd’hui on entend parler, d’ « athéophobie » pour désigner ceux qui s’opposent à ceux qui s’opposent à la religion. Et cette phobie est dite légitime car elle porte sur une conviction culturelle.
On y oppose l’homophobie car cette phobie porterait sur une essence humaine : l’homosexualité.
Disons cela autrement : un comportement choisi et donc modifiable est digne de phobie.
Une essence n’autorise pas la phobie.

Et quelles sont les conséquences de la phobie légitime ?
Non pas la lutte ouverte, car la tolérance républicaine y répugne mais la justification des comportements discriminatoires par la souffrance que la peur phobique (légitime) provoque.
Ne pas supporter les marques religieuses d’une communauté et manifester publiquement son horreur quand elles s’affichent, voilà ce que la phobie permet.
Et la légitimité de celle-ci ne rend pas répréhensible la crainte d’une généralisation (ce qui est un trait propre à la phobie), de ces comportements abhorrés.

On ne peut que rester interloqués devant une telle casuistique.
Et tout un chacun sait bien que l’embarras vient d’un désir de faire disparaître la pratique d’une religion tout en ne dérogeant pas à la liberté des pratiquants.
Impasse qui génère les crises qui accompagnent les psychoses.
Ce que révèlent les empoignades sur le droit ou non à la phobie c’est que les démocraties parlementaires sont en contradiction totale avec les principes qu’elles proclament. Elles veulent faire disparaître ceux qui, parcourant le monde, cherchent un travail qui leur permette de vivre. Et ces prolétaires, gens qui n’ont rien, transportent avec eux les signes de leur errance que sont leurs coutumes et traditions.
Mais être tolérant et vouloir faire disparaître les signes de l’altérité rend fou ... ou phobique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.