L’encyclique «Laudato si» du pape François dénonce avec fermeté les politiques d’Obama, Sarkozy-Hollande, Renzi et tutti quanti

L’encyclique "Laudato si" du pape qui doit être publiée officiellement le 18 juin a fuité dans la presse italienne et se trouvé publié dès lundi sur le site de l’hebdomadaire italien L’Espresso. Il s’agit d’une version non-définitive d’un document de 191 pages

L’encyclique "Laudato si" du pape qui doit être publiée officiellement le 18 juin a fuité dans la presse italienne et se trouvé publié dès lundi sur le site de l’hebdomadaire italien L’Espresso. Il s’agit d’une version non-définitive d’un document de 191 pages qu’on trouvera ici en fichier attaché en version italienne : 

http://espresso.repubblica.it/attualita/2015/06/15/news/papa-bergoglio-e-la-lezione-di-francesco-d-assisi-in-anteprima-l-enciclica-sull-ambiente-laudato-si-mi-signore-1.216897

cliccate qui per scaricarlo  (cliquer juste devant pour décharger le pdf -en italien-)

Le document met en relation la question écologique et la question sociale et aborde entre autres questions les changements climatiques, la question de l’eau, la perte de la biodiversité, la dégradation de la qualité de la vie et la dégradation sociale ainsi que l’injustice planétaire. Il n’est pas question ici de rendre compte de l’intégralité de ce document (provisoire) mais simplement de restituer ici en français quelques-uns des  passages les plus  « révolutionnaires ».

 La propriété privée doit être subordonnée au principe de finalité universelle des biens

93. La planète est un héritage commun dont les fruits doivent bénéficier à tous … Par conséquent toute approche écologique doit intégrer une prospective sociale qui tiennent compte des droits fondamentaux des plus défavorisés. Le principe de subordination de la propriété privée à la finalité universelle des biens est donc au droit universel de leur usage est une règle d’or du comportement social et le premier principe de tout l’ordre éthico-social. La tradition chrétienne n’a jamais reconnu comme absolu et intouchable le droit à la propriété privée et a mis en relief la fonction sociale de toute forme de propriété privée.

158. Dans les conditions actuelles de la société mondiale où l’on rencontre tant d’iniquité et où un nombre toujours plus important de personnes sont privées des droits humains fondamentaux, le principe de bien commun doit se transformer immédiatement, logiquement et inéluctablement, en appel à la solidarité et en principe préférentiel (discrimination positive ?) en direction des plus défavorisés…

Le politique ne doit pas se soumettre à l’économie et à la finance

189. Le politique ne doit pas se soumettre à l’économie et celle-ci ne soit pas se soumettre aux dictats et aux principes d’efficience technocratique. Le sauvetage à tout prix des banques en faisant payer le prix à l’ensemble de la population, sans volonté de revoir et de réformer l’ensemble du système réaffirme la domination absolue d’une finance qui n’a pas d’avenir et générera de nouvelles crises après la longue, couteuse et apparente rémission actuelle.

L’encyclique dénonce la privatisation des plus beaux sites de l’univers

45. En certains endroits, ville et campagne, la privatisation des espaces a rendu difficile l’accès des citoyens à des lieux d’une beauté particulière, et des quartiers résidentiels « écologiques » se sont créés qui sont seulement à la disposition d’une minorité et où l’on évite que les autres ne puissent pénétrer et ne dérange une tranquillité artificielle.

Nota bene : Il semblerait que la publication anticipée de cette version de l'encyclique trois jours avant sa publication officielle soit une maneuvre des milieux les plus conservateurs du Vatican. En tout état de cause la comparaison entre la version publiée par L'Espresso et la version définitive sera à étudier avec attention.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.