Politique, spectacles et mensonges au Mans

Une ouverture retardée de l'espace culturel

Boulard, maire sortant du Mans à nouveau candidat à 70 ans, avait prévu l'ouverture du nouvel espace culturel des Jacobins au Mans avec un premier spectacle pour le jeudi 27 mars, trois jours avant le second tour des élections municipales.

L'ouverture d'un nouvel espace culturel est généralement une bonne nouvelle sauf que celui-ci a été mis en place sans concertation véritable avec la population et en dehors de toute politique culturelle définie et formalisée. En outre la collectivité finance dans le cadre de cet espace culturel 11 salle de cinéma au moyen d'un emprunt sur 30 ans. Ces salles seront exploitées par le groupe Pathé mais c'est la collectivité qui prend à sa charge une bonne partie du risque commercial. (Voir mon billet d'hier).

L'ouverture le 27 mars de cet espace culturel ne pouvait pas, en elle même, faire évoluer les intentions de vote des manceaux à trois jours du scrutin mais la débauche de communication, sous couvert d'information, à laquelle cette ouverture donnera lieu aurait forcément eu une incidence qui, même si elle reste minime, peut s'avérer décisive.

Boulard est pris d'un accès soudain de vertu républicaine

Le 30 janvier la presse locale nous apprend que cette ouverture est reportée : "La raison donnée par le maire : la trop grande proximité avec les élections municipales. « Il n’y a aucune raison d’utiliser ce grand équipement pour les prochaines échéances », a estimé Jean-Claude Boulard, qui souhaite ainsi éviter toute critique qui pourrait lui être faite de vouloir tirer bénéfice de l’ouverture de ce nouvel équipement." ( http://www.lemans.maville.com/actu/actudet_-le-mans.-l&039;ouverture-de-l&039;espace-culturel-des-quinconces-est-reportee_52734-2480263_actu.Htm )

Boulard veut ainsi nous faire croire qu'il a été pris d'un soudain accès de fièvre (et de ferveur) républicaine mais fin janvier c'était malgré tout un peu tard car la date des élections municipales avait été fixée dès le 25 septembre 2013 en conseil des ministres et cette décision, si telle en était bien les motivations, pouvait parfaitement être prise dès le mois d'octobre.

La politique du mensonge

Ce soi disant accès de vertu relève encore une fois du mensonge : le retard du chantier à l'origine de cette ouverture retardée  est ainsi clairement mentionné dans Ouest-France en page locale du Mans le 17 mars.

Boulard a eu un maître en politique : Michel Rocard qui n'hésitait pas récemment à reconnaître, avec résignation certes, la pratique du mensonge  : «La politique exige beaucoup de mensonges» ( http://www.liberation.fr/politiques/2012/12/02/michel-rocard-la-politique-exige-beaucoup-de-mensonges_864606

Mensonge et totalitarisme

Le philosophe Alexandre Koyré a publié en 1943 un texte intitulé La fonction politique mensonge moderne rappelle la théorie du mensonge par Hiter dans Mein Kampf et les rapports entre le mensonge en politique et les régimes totalitaires. La devise de Goebbels, ministre nazi de la propagande,  était la suivante : « Plus le mensonge est gros, et plus les gens  y croient ».

La conception Boulard-PS de la politique est révélatrice d'un mépris certain des citoyens. Mensonge,  autocratie, pouvoir absolu sont ici étroitement liés alors que le respect des citoyens en politique et dans l'action publique doit au contraire correspondre à une exigence de vérité, de pouvoir partagé et de démocratie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.