Les honneurs de la République et de l’Education nationale pour un antisémite

"Il n’y a pas d’antisémitisme ordinaire". C'est pourtant ce que déclare Hollande en ce 23 février. Pendant ce temps deux collèges français portent toujours le nom d'un écrivain antisémite : Vercel (pseudonyme de Roger Crétin), prix Goncourt 1938. , Né au Mans en 1894  et mort à Dinan en 1957 il donne son nom à un collège dans chacune de ces deux villes.

"Il n’y a pas d’antisémitisme ordinaire". C'est pourtant ce que déclare Hollande en ce 23 février. Pendant ce temps deux collèges français portent toujours le nom d'un écrivain antisémite : Vercel (pseudonyme de Roger Crétin), prix Goncourt 1938. , Né au Mans en 1894  et mort à Dinan en 1957 il donne son nom à un collège dans chacune de ces deux villes.

Outre son activité de professeur de collège et d’écrivain Vercel était également chroniqueur de presse et le 16 octobre 1940 il publie dans le journal collaborationniste Ouest éclair un article antisémite en première page intitulé Lectures de demain voir : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k662130j (voir en fin de billet)

Un enseignant mis à la retraite d'office à la Libération

A la Libération Vercel comparaitra devant le Conseil académique d'enquête lors de sa séance du 1er mai 1945 et celui ci décide de sa mise en retraite d'office attendu :

  • qu’ il a  continué pendant l’occupation jusqu’au début de 1944, sa collaboration au journal Ouest-Eclair, alors sous contrôle allemand

  • que «rien n’obligeait M. Roger Vercel à cette collaboration favorable à la propagande ennemie»

  • que l’attitude de M. Roger Vercel est d’autant plus répréhensible qu’il jouit d’une certaine autorité dans le monde littéraire

Cette décision du Conseil académique sera validée par le Conseil supérieur d'enquête du Ministère de l'Education nationale le 30 mai 1945 et le 19 septembre le ministre René Capitant signe l'arrêté de mise en retraite d'office. Le dossier de pension civile porte d'ailleurs la mention "épuration" à la rubrique "motif". L'ensemble du dossier est aujourd'hui consultable par tous aux Archives nationales sous la cote F 17_25171.

 


 

x

Les honneurs de la République et de l'Education nationale

Malgré cela, grâce à l'activité des réseaux collaborationnistes et avec la complicité de leurs nombreux amis de la 4 ème république Vercel ne s'en verra pas moins atribuer la légion "d'honneur" en 1948 ! Deux collèges, l'un au Mans et l'autre à Dinan, portent aujourd'hui encore ce nom d eRoger Vercel. J'ignore à quelle date exacte ce nom a été attrubué après sa mort en 1957. En tout cas je suppose que cette décision est intervenu sur proposition des deux villes bien avant le transfert des collèges aux conseils généraux dans le cadre de la décentralisation. Cette proposition a du vraisemblablement être entérinée par le Ministère de l'Education nationale. Un comble s'agissant d'un ancien enseignant mis sur la touche au moment d ela libération !

Vercel est aujourd'hui surtout connu pour l'adaptation de ses roman au cinéma mais ce n'est pas son écriture (ce par quoi on est réellement un écrivain) qui le fera passer à la postérité même si ses héritiers et ses éditeurs mettent à profit (c'est bien le cas de le dire) le centenaire de la guerre de 14-18 qui servait de toile de fonds au roman qui lui valu le prix Goncourt.

Sa prise de position antisémite dans un journal de la collaboration et sa longue collaboration à ce journal de l'occupation le rend entièrement solidaire de l'ensemble du contenu de cette publication. Il suffit de reguarder la une en fin de billet pour le constater. C'est bien ici le journal officiel du régime de Pétain et de ses alliés fascistes et nazis.

Depuis quelques années, grâce aux opérations de numérisation de la presse quotidienne régionale mene par la Bibliothèque nationale de France, le contenu de ces journaux est désormais acessible aisément sur Internet et permet une meilleure connaissance de ces écrits. Les délais d'accès aux dossiers des archives permettent également la consultation du dossier Vercel. Cela a donc permis de rendre publique ces informations, notamment avec la mise à jour en 2002 de l'artcile vercel dans Wikipédia.

Début 2012 la Fédération nationale des déportés, internés résistants et patriotes (FNDIRP) a officiellement demandé, preuves à l’appui, que soient débaptisés deux collèges de Dinan et du Mans (http://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/polemique-sur-le-nom-de-deux-colleges-roger-vercel-au-mans-et-a-dinan_1087056.html)

Il est urgent d’attendre

La réponse des deux conseils généraux, aujourd’hui responsables de la gestion des collèges, ne s’est pas faite attendre : il était urgent d’attendre.

Voici la position du président PS du Conseil général des Côtes d’Armor :

« Claudy Lebreton a indiqué avoir demandé aux archives départementales de ressortir tous les articles de presse publiés par l'auteur à l'époque. «Nous allons faire appel à un comité d'historiens. On ne jugera pas sur un article mais sur une attitude éventuelle de Roger Vercel. Dans ses romans, il n'y a rien de condamnable en lien avec l'antisémitisme…». Quant à débaptiser le collège de Dinan, la procédure existe, même si le cas serait sans précédent. Du reste, la méthode a été approuvée par Michel Vaspart, conseiller général de Dinan-est(UMP). Charles Josselin, conseiller général de Ploubalay(PS), a également invité à la prudence. «Les faits sont graves. Ce qui est surprenant, c'est de découvrir cela soixante douze ans après»
http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/cotesarmor/roger-vercel-claudy-lebreton-demande-l-avis-des-historiens-29-02-2012-1616283.php

La position du Président UMP du Conseil général de la Sarthe fut tout aussi timorée : https://www.youtube.com/watch?v=V2d0yXHCBBU

Trois ans plus tard,

Le Département indique « souhaiter mettre en place une commission regroupant les principaux élus dinannais à l'issue des élections municipales, afin, d'une part, de leur fournir tous les éléments relatifs à cette affaire, sensible localement, et d'autre part de les associer, s'ils le souhaitent, à la réflexion qui sera menée sur le choix du nom ». La commission serait créée en avril ou mai. Le travail de la commission de quatre historiens constituée, il y a 18 mois, pour faire la lumière sur l'antisémitisme prêté à l'auteur du « Capitaine Conan », prend donc plus de temps que prévu.

http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/dinan/roger-vercel-nom-du-college-vote-en-juin-15-03-2014-10078496.php

Le comportement de ces politiciens locaux préfigurait-il l'union nationale avec les nostalgique du régime de Vichy ? Je vous recommande également la lecture d el'article que Wikipédia consacre aujourd'hui à Ouest Eclair et où l'on explique à titre de circonstance atténuante que la collaboration de ce journal au régime de Pétain préservait 800 emplois ! Les résistants, De Gaulle en tête,  détruisait donc des emplois ?

Il est vraiment temps que l'on développe l'enseignement de l'histoire et de l'instruction civique y compris dans les collèges Vercel.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.