Marseille en eaux troubles

La Rédaction de Médiapart nous informe ce matin d’une enquête une enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier sur les marchés de l’eau et de l’assainissement de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM) signés le 31 octobre 2013 présidée à l’époque par le Eugène Caselli, P « S », et aujourd’hui remplacé par l'UMP Guy Teissier depuis les élections d’avril 2014.

La Rédaction de Médiapart nous informe ce matin d’une enquête une enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier sur les marchés de l’eau et de l’assainissement de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM) signés le 31 octobre 2013 présidée à l’époque par le Eugène Caselli, P « S », et aujourd’hui remplacé par l'UMP Guy Teissier depuis les élections d’avril 2014. Un rabais de 20 %, une bonne affaire pour la collectivité ?

Lors de l’attribution de ces marchés, la Société des eaux de Marseille (SEM, filiale à 100 % de Veolia), attributaire de ces délégations du service public, et le président de MPM Eugène Caselli se glorifiait d’une baisse du prix de l’eau de 20 % grâce à ce nouveau marché. Voir : http://www.mediapart.fr/journal/france/270115/marseille-enquete-sur-le-marche-de-l-eau-et-de-l-assainissement

Et aussi l’excellent site Marsactu : http://www.marsactu.fr/justice-affaires/contrat-de-leau-a-3-milliards-le-parquet-national-financier-ouvre-une-enquete-37843.html

De deux choses l’une :

- ou les prestations prévues dans ces marchés sont strictement identiques à celle des marchés précédents et dans ce cas la comparaison permettant d’établir cette comparaison faisant apparaître une baisse de 20 % est fondée (en attendant de futurs avenant aux marchés qui permettront à La SEM de se rattraper) et dans ce cas, elle fait apparaître une surfacturation des marchés précédents d’au moins 20 %.

- ou bien les prestations prévues aux cahiers des charges et dans les marchés sont différentes et cette comparaison mise en avant par la Société des eaux de Marseille (SEM, filiale à 100 % de Veolia) et le président de MPM sert seulement de trompe l’œil pour les usagers-contribuables.

Une eau trouble

Si l’on va visiter le site de la Société des eaux de Marseille on apprend également que la qualité de l'eau qu’elle distribue dans la région provençale a une origine de qualité remarquable et une composition équilibrée puisqu’elle provient des Glaciers des Alpes à travers les rivières de la Durance et le Verdon.

Ayant emménagé à Marseille il y a six mois j’ai donc le privilège de bénéficier de cette eau-«de-qualité-remarquable-et-de-composition-équilibrée» (dont j’ignore encore le coût au m3) mais ce dont je peux témoigner, c’est que lorsque cette eau arrive au robinet elle est chargée de terre. En effet, si on ouvre un robinet après quelques jours d’absence, c’est une eau brunâtre qui s’écoule. On peut ainsi se laver dans l’eau sale ! De même si je chauffe l’eau du thé quelques jours dans la même casserole, c’est un dépôt couleur de terre qui se forme au fond de la bouilloire.

J’ai donc pris le soin de vérifier et je constate que le marché porte sur « l’adduction, production et distribution d'eau potable » (http://www.centraledesmarches.com/marches-publics/Cte-Urbaine-MPM-Marseille-1er-13001-delegation-du-service-public-de-l-eau-de-la-Communaute-Urbaine-Marseille-Provence-Metropole-adduction-production-et-distribution-d-eau-potable/259239 ). Je dois encore procéder à un dernier contrôle. L’eau que la Société des eaux de Marseille distribue dans la résidence où j’habite est peut être «de-qualité-remarquable-et-de-composition-équilibrée» et seules seraient défectueuses les canalisations internes à la résidence ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.