Les vacances de MAM: une polémique dérisoire

Alors qu'en Tunisie et en Egypte les manifestants risquent leurs vies
pour exiger l'instauration de la démocratie, le petit monde politico-médiatique « s'indigne»
(c'est à la mode et cela ne sert à rien) des vacances d'une ministre.

Ce n'est pas cette polémique dérisoire qui va renverser un
gouvernement et un président, même s'ils n'ont plus depuis longtemps la confiance de la majorité des citoyens.

Les déclarations des gouvernements occidentaux contre « la violence » manifestent surtout leur impuissance face aux "évènements" et leur souci
de rassurer les entreprises et les marchés financiers.
B. Courcelle

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.