Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 déc. 2021

82% des Français pour la fin de l'élevage industriel : Mais de quoi parle-t-on ?

82 % des Français sont pour la sortie progressive de l'élevage industriel. Un résultat pas vraiment surprenant au vu de l'évolution des consommateurs sur le regard qu'ils ont de la qualité des produits issus d'élevage qu'ils souhaitent plus respectueux de l'animal. C'est une bonne nouvelle. Pour autant, est-ce que cela fait changer les pratiques de notre agro-industrie ? La réponse est non !

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 018 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 30 septembre au 01 octobre 2021.

– sondage Ifop : 
Les Français à 82 % favorables à la fin de l’élevage industriel 

Ce n'est pas vraiment une surprise. Mais de quoi parle-t-on ?

Le consommateur a pris conscience qu'il a besoin d'acheter des produits "sains" où la maltraitance animale due à la méthode d'élevage n'a plus sa place. Il veut consommer de la viande ou des produits issus de la transformation, « éthiquement responsable », de manière à manger la conscience tranquille.

Or, autant sur la viande, il en a pleinement conscience, autant sur les produits transformés comme les plats cuisinés par exemple, il va faire plus attention aux nutri-scores, sans forcément être attentif sur la provenance des animaux, ni sur leur condition d'élevage. Nous prendrons pour exemple les oeufs : aujourd'hui, dans vos magasins, vous ne trouvez plus d'oeufs issus d'élevage en batterie. Une belle victoire vous dira certains. Faux, puisque les élevages en batterie n'ont pas disparu pour autant. 

Les industriels se sont juste adaptés. En façade, il présente des élevages respectueux de l'animal, élevé en plein air, en jouant également sur un markéting mettant en avant ces valeurs. De l'autre, la face cachée, ces industriels de l'agroalimentaire se fournissent dans des pays où les règles sanitaires et d'élevages sont moins drastiques qu'en France.
Ainsi, en reprenant la filière des oeufs, la plupart des industriels en utilisant dans la recette de leurs produits, utilisent toujours très largement des oeufs issus d'élevage en batterie. Quand vous achetez des gâteaux ou aux aliments avec une base d'oeuf, vous avez toutes les chances de manger des oeufs d'une filière que vous pensez avoir disparu.

Les espaces productifs : mise en perspective – (1) © pdfprof.com

La bonne nouvelle, c'est la pris de conscience,
le bémol : la toute puissance du principal syndicat agricole français !

Le sondage d'Ifop a le mérite de souligner que les Français ont pris conscience que les élevages industriels n'étaient pas le modèle souhaité et souhaitable. A cela, il faut également ajouter qu'il faut aller vers une réduction de notre consommation de viande, tant pour notre santé, que celle pour lutter contre le réchauffement climatique.

Pour autant, peu de candidats à l'élection présidentielle de 2022 ont la volonté de changer notre agriculture. SSeul Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon ont dans leurs programmes respectifs la volonté de le faire. 

Le vote récent (23 novembre 2021) de la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui engage l'Europe sur sept ans est loin de répondre aux préoccupations des consommateurs. Pire, elle privilégie l'agriculture industrielle au détriment de l'agriculture paysanne et biologique. Aujourd'hui, en France, le principal frein à un changement nécessaire, est de la faute du principal syndicat agricole français : la FNSEA dont le lobbying sur le ministère de l'agriculture permet d'avoir une politique dont il dicte l'orientation. 


(1) source : https://www.pdfprof.com/PDF_Image.php?idt=23014&t=42

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose