GCO : le procès du siècle ce jeudi 17 juin à Strasbourg

Après près de trois années d’instructions et tandis que les travaux ont avancé, la justice va enfin se pencher le jeudi 17 juin 2021 sur les demandes et recours contre le Contournement Ouest de Strasbourg (GCO), contesté par le collectif GCO non merci.

Vinci défend l'idée d'une autoroute verte, en parlant du GCO, or la réalité est toute autre ! © GCO NON MERCI Vinci défend l'idée d'une autoroute verte, en parlant du GCO, or la réalité est toute autre ! © GCO NON MERCI

Le procès du siècle contre le Contournement Ouest de Strasbourg (GCO), imposé par l'Etat le 31 août 2018 contre toute logique environnementale, aura lieu le jeudi 17 juin 2021

Après près de trois années d’instructions, et tandis que les travaux avancent, la justice va enfin se pencher sur les demandes et recours contre le Contournement Ouest de Strasbourg, contesté par le collectif GCO non merci.

Il s’agit d’un événement majeur dans la lutte des antis GCO. Alors que la justice avait reconnu un doute sérieux sur la légalité en septembre 2018, “à titre exceptionnel”, elle n’avait pas suspendu les travaux. Suite à cela, la procédure d’instruction des différents dossiers a longuement suivi son cours et nous arrivons à cette étape importante qui, l’espère le collectif, peut mener à un arrêt des travaux.

Le collectif GCO non merci appelle au rassemblement devant le Tribunal Administratif, pour exprimer notre demande de justice.

  •  Justice pour la prise en compte de l’avis de l’ensemble des autorités environnementales et de concertation publique qui ont toutes dit “NON” à ce projet inutile.
  •  Justice pour les irrégularités dans le projet.
  •  Justice pour la stratégie d’imposer envers et contre tout des projets d’un autre temps qui ne font que dégrader notre climat, sans apporter les solutions nécessaires de mobilités douces !



RDV le 17 juin dès 13h15
devant le Tribunal Administratif
31 Avenue de la Paix
à Strasbourg.

© GCO NON MERCI

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.