Sécheresse : nos forêts françaises en péril face à l'inaction des pouvoirs publics

En cette fin d’été 2020, nos arbres souffrent, les forêts meurent littéralement de soif. Ce n'est pas quelques pluies si et là ses dernières semaines qui ont endigué le phénomène. Trois ans de sécheresse les ont affaiblies, favorisant les attaques d’insectes.

Dans les Vosges, les conséquences de la sécheresse se voit avec des zones de sapin (l'une des principales essences du massif) qui sont littéralement jaunie par le manque d'eau.

Sur Franceinfo, « les forêts françaises en péril » :

"Des arbres brunis, desséchés, des silhouettes fantomatiques qui hantent les forets françaises. En cause : les fortes chaleurs, combinées aux sécheresses à répétition. Dans la forêt de Tronçais (Allier) 70% des hêtres ont du être abattus, du jamais vu. Epicéas, pins, sapins, peu d’espèces sont épargnées.

Les arbres affaiblis par le manque d’eau deviennent incapables de se défendre. Ce garde forestier l’a encore constaté ce matin, ici aussi, le scolyte fait des ravages : "Cela sera beaucoup plus facile pur lui d’attaquer l’arbre et de se développer. Quand un arbre est scolyté, il est obligatoirement mort". Selon les derniers chiffres, 45% des forêts ont été impactées par la sécheresse ces dernières années. Les régions les plus touchées sont la Bourgogne, le Grand-Est, mais aussi le Nord-Pas de Calais et la Picardie."

les arbres meurent avec la sécheresse © JM WAEGEMACKER

Un phénomène qui ne date pas uniquement de cette année. Déjà en 2019, les ravages du manque d'eau se faisait déjà voir sur nos forêts comme ici dans le massif vosgiens. Reporterre y a consacré un article : dans la forêt vosgienne, sapins et épicéas « n’arrêtent plus de mourir »

"C’est un mal qui gangrène peu à peu toute la forêt vosgienne. Les uns après les autres, sapins et épicéas meurent frappés par le manque d’eau et la chaleur. ll suffit de s’arrêter sur la départementale qui mène au Ballon d’Alsace, dans la vallée de la Doller, tout au sud du massif, pour s’en rendre compte. Les versants habituellement verts sont mangés par de vastes étendues rouges. Des milliers d’arbres morts sur pied. « La forêt telle qu’on la connaît est en train de disparaître », alerte Jean-Charles Willaume. Le technicien de l’Office national des forêts (ONF) de Masevaux (Haut-Rhin) voit son lieu de travail se métamorphoser sous ses yeux."

Dans les Vosges, épicéas et sapins meurent en masse et ce bois mort ne sert plus qu’à produire du combustible © Reporterre Dans les Vosges, épicéas et sapins meurent en masse et ce bois mort ne sert plus qu’à produire du combustible © Reporterre

Il y a le constat et que font les pouvoirs publics ?

Comme pour la pénurie d'eau de surface, conséquence d'une faible pluviométrie, les mesures prises par les pouvoirs publics répondent d'abord à une urgence du moment. Problème sur l'avenir : le manque d'anticipation et plan de prévention. Aujourd'hui, il y a les constats de ce que l'on peut voir, mais rien ou presque à la prévention des actions à mener pour réduire l'impact des conséquences liées aux sécheresses à répétition qui vont se répéter encore ces prochaines années. C'est grave et inquiétant !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.