CORONAVIRUS - ECONOMIE: ETRE SOLIDAIRE, MAIS PAS A N'IMPORTE QUEL PRIX!

Dans les recherches à soutenir l’économie face à la crise du covid19, la proposition de rétablir l’ISF fait le consensus chez un certain nombre de personnes. Pour l'économiste de BFMTV, c'est une fausse bonne idée. Taper dans l'épargne des Français serait plus juste !

#Coronavirus #Deconfinement #LeJourDapres #RelanceEconomique #CAC40 #ISF

En attendant à la radiologie, la télévision installée dans la salle d’attente est ouverte sur BFMTV - oui, je sais, j’ai dû me laver les yeux en rentrant à la maison ensuite – le sujet évoqué parle d’économie post crise covid19.

Dans les recherches à soutenir l’économie face à la crise du covid19, la proposition de rétablir l’ISF fait le consensus chez un certain nombre de personnes.

Or, selon l’économiste de BFMTV, rétablir l'ISF est une mauvaise idée. Il explique que le système est contreproductif. Qu’au lieu d’aider à trouver des financements, il pourrait faire fuir des chefs d’entreprise. Que l’époque où il était en place, il a fait plus de mal que de bien à la France… bla-bla-bla !

En revanche, le gars (oui c’est un charmant petit joufflu à lunettes) a une superbe idée : prélever 6% de l'épargne de tous les Français. Ce mécanisme serait selon lui plus juste et source de plusieurs milliards à faire entrer dans les caisses de l’État pour soutenir l’effort solidaire à l’économie. Ceux qui sont pauvres et sans épargne n'auront pas d'effort financier à fournir. En revanche, tous les autres oui. Ainsi, les plus riches censés avoir de grosses épargnes, seraient donc mis à une contribution plus forte.

Mais le brave monsieur oublie (sciemment) que les plus riches ont une optimisation fiscale où une partie importante de leur épargne est planquée dans les espaces fiscaux hors de France... Donc, finalement, la part de l'effort sera sur les plus modestes. Eux, n’ont pas de comptes planqués !

Voilà la grosse idée défendue par l’économiste de BFMTV, en un bon soldat aux ordres du capital.

Ce qui m’agace face à ce genre d’info, c’est que sous la forme d'une idée présentée comme équitable, on balaie d’abord celle qui mettrait à contribution solidaire ceux/celles ayant les moyens financiers de le supporter, pour une autre idée qui ménagerait les plus riches en incluant les plus modestes dont l’effort financier serait plus fort dans le ratio revenu-épargne.

Être solidaire, je suis d’accord, mais pas sur le dos des plus faibles, ni des travailleurs.

 

838-043-apapd-20120206-pd6400

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.