Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 mai 2021

Ensisheim: semer un avenir sans Amazon ou son modèle!

En novembre 2020, le directeur d'Amazon France annonçait que son entreprise ne s'installerait pas à Ensisheim. Or, malgré cette annonce son ombre plane toujours sur le projet « Eurovia 16 » dans la commune haut-rhinoise proche de Mulhouse. Samedi 15 mai, une centaine de militants ont réaffirmé leur opposition au monde selon Amazon.

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Samedi 15 mai, la coalition opposée à l'implantation d'Amazon en Alsace, emmenée par les collectifs RUCSSA et Le Chaudrons des Alternatives, a réuni une centaine de personnes sur le site où est censé être construit un méga entrepôt de 190 000 m², le projet « Eurovia 16 » où l'ombre d'Amazon plane toujours malgré les annonces du directeur d'Amazon France en novembre 2020 de ne pas vouloir s'installer à Ensisheim.  

Détermination sans faille des opposant.es à l'implantation d'Amazon ou son modèle en Alsace © Le Chaudron des Alternatives

« Amazon sème le béton, on récolte que dalle » exprime les opposant.es à l'implantation d'Amazon ou son modèle en Alsace. Pour eux, voir disparaître 16 ha de terres agricoles n'a pas de sens face aux enjeux écologiques auxquels nous devons faire face, d'autant que l'artificialisation des sols en Alsace est l'une des plus importantes de France.

La loi Climat et Résilience adoptée en première lecture le 4 mai dernier, présentée par le gouvernement comme une loi majeur en matière d'écologie sur le quinquennat d'Emmanuel Macron, est en réalité une coquille vide et une trahison puisqu'elle retranscrit à peine 10% des propositions de la Convention citoyenne pour le climat. En l'état, un projet comme celui d'Eurovia 16 n'a aucune contrainte supplémentaire à satisfaire qu'aurait pu lui imposer la loi

Dans les DNA, Yeliz Gencer, du mouvement Le Chaudron des Alternatives, montre qu'elle "est tout sauf une fan de la multinationale crée par Jeff Bezos. [...] Pour elle, peu importe le nom de l'entreprise qui viendra poser ses cartons" sur le site d'Ensisheim, c'est le modèle Amazon qui est dans l'oeil du viseur des opposants" : 

« Même s’il s’agit d’Alibaba ou d’un autre, ce que l’on dénonce restera pertinent. Les entrepôts de taille équivalente génèrent le trafic de 1 000 camions et de 4 500 véhicules utilitaires par jour. »

Autre argument avancé par les promoteurs de tels projets : l'emploi. Un argument souvent mit en avant auquel Yeliz "entend tordre le cou" :

« Il s’agit d’emplois souvent très précaires, peu pérennes et qui génèrent un très fort taux de turn-over. Pour ce qui nous concerne, nous pensons qu’un emploi Amazon en détruit 4,5 localement. »

La jeune femme "dénonce aussi fortement l’absence de transparence sur ce dossier économique[...]"

© DNA

UN AUTRE MONDE QUE CELUI D'AMAZON

Sur le site du projet, la détermination des personnes présentes reste intacte. Sous l'angle festif, les organisateurs veulent semer un avenir sans Amazon et son monde, défendre le commerce de proximité où le contact humain est primordial pour garder les pieds sur terre. Musiques d'un côté et petites restaurations assurées par les Amis de la Conf'Alsace, association soutenant la Confédération Paysanne, de l'autre, ont agrémenté cette journée sous un temps capricieux. 

Fêter le printemps et semer un avenir sans Amazon ou son modèle – Ensisheim le 15 mai 2021 © Le Chaudron des Alternatives
Stop Amazon et son monde ! © Le Chaudron des Alternatives
© Le Chaudron des Alternatives


LE MONDE SELON AMAZON EST UN UNIVERS LOIN DE NOS PREOCCUPATIONS 

Par exemple : Amazon ne paye pas sa juste part d’impôt grâce à ses pratiques d’évasion fiscale. En 2020, malgré 44 milliards d’euros de chiffre d’affaires en Europe, l'entreprise échappe à l’impôt sur les sociétés.

En panne d’arguments dans vos repas de famille ? Besoin de sources et données sur les méfaits d’Amazon ? Découvrez dans cet article 30 bonnes raisons de stopper Amazon avant qu’il ne soit trop tard.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA