Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

2 Éditions

Billet de blog 17 oct. 2021

Mobilités : Le paradoxe de Braess appliqué à Tours

Le trafic routier génère des nuisances, fléaux sur nos villes en matière de pollution de l’air où la France a pris du retard, condamnée par Bruxelles. Mettre en place une politique des déplacements cohérente n’est pas chose facile, surtout quand elle s’accompagne de mesures perçues par certains comme contraignante. Seulement, à l’arrivée, ça marche comme à Tours, par exemple.

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Octobre 2021 – La ville de Tours invite à participez au 3ème baromètre des villes cyclables !

Tours est la ville la moins embouteillée de France d’après le classement (1) établi par TomTom sur les 25 plus grandes agglomérations françaises.
Ainsi, avec 8h24 de temps cumulé, Tours est la seule ville à voir son temps de bouchons diminués avec 1h42 en moins en septembre 2021. Cette performance s'explique par une politique des déplacements qui encourage les mobilités douces, en s'appuyant sur un bon réseau de transport en commun et un réseau cyclable existant depuis longtemps et complété depuis l'été 2021 par 40 km de Coronapistes (2).

Mais l’élément emblématique de la politique de mobilité de la ville, dirigé par l'écologiste Emmanuel Denis, c’est la fermeture du pont Wilson aux voitures.

"La mairie de Tours a appliqué un principe bien connu qui est le paradoxe de Braess (3), à savoir que la multiplication des itinéraires possibles en voiture augmente les bouchons plutôt que de les résorber. En supprimant ce pont aux voitures en juillet 2020, la ville de Tours a ainsi favorisé le transfert vers les modes doux comme le Tram et le vélo, tout en réduisant les bouchons (4) " – explique Frederic Kroff dans le groupe Facebook « Mobi BoulBi »

© France 3 Centre-Val de Loire

De son côté, l'adjointe au maire en charge, notamment des mobilités et de la circulation, Armelle Gallot-Lavallée est bien sûr satisfaite de cette étude, explique France 3 Centre-Val de Loire dans son article du 13 octobre :

« C'est vrai que l'on est content d'être les derniers de ce classement. 8h24 de bouchons, ce n’est vraiment pas grand-chose, cela fait en moyenne par jour travaillé 10 minutes le soir et 10 minutes le matin. Mais c'est surtout l'amélioration par rapport à septembre 2020 qui est intéressante. »

Sur l'impact de la politique municipale, l'élue ne peut qu'émettre des hypothèses, ajoute France 3 :

« Il y a sans doute des répercussions. On sait qu'il y a davantage de cyclistes, 28% en plus rien que sur le pont Wilson. Il y a peut-être un transfert de mobilité, une prise de conscience, mais je ne peux pas l'affirmer. On communique aussi beaucoup sur l'autopartage, sur le fait de ne pas être seul dans la voiture. Et puis Tours a des transports en commun performants, notamment avec le tram...C'est un ensemble de choses. »

Aucun triomphalisme, donc, du côté de la mairie, mais une volonté affichée de poursuivre la politique en faveur des circulations douces, d'aller vers un apaisement de la ville, précise l'article.
Un bel exemple encourageant sur lequel les autres agglomérations peuvent s'appuyer pour développer leur politique des déplacements.

Preuve que favoriser une politique plus responsable et écologique se traduit pas des résultats qui peuvent se mesurer. 


1) Pour cette étude, Auto Plus s’est appuyée sur les données recueillies par TomTom via les GPS et les téléphones portables. Ellle porte sur le mois de septembre 2021 et établit un comparatif avec septembre 2020.

(2) Le surnom de « coronapiste » a été donné aux aménagements cyclables provisoires créés lors de la pandémie de Covid-19 en 2020 dans le but de fluidifier la circulation urbaine, décongestionner les transports publics, favoriser le respect des distances de sécurité et encourager un mode de transport décarboné.

(3) Paradoxe de Braess :
Ce paradoxe dit que pour accélérer le trafic d’un réseau il faut en retirer les portions les plus rapides.

More roads, more traffic? Braess paradox! © NETWORKS & The Network Pages

(4) NB: il a fallu beaucoup de courage pour faire cette mesure car c’est contre-intuitif et que cela a fait râler beaucoup de monde au moment où ils l’ont fait. – une détermination à maintenir le pont Wilson fermé aux voitures qui exaspère l'opposition, comme le relate cet article du 29 septembre dernier : 

– à lire ici :
Tours. Le Pont Wilson reste fermé aux voitures et exaspère l'opposition 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux