March Against Monsanto 24 mai 2014


Communiqué du groupe March Against Monsanto Strasbourg – Strasbourg, le 19 mai 2014


March Against Monsanto 24 mai 2014

Strasbourg, le 19 mai -79% des français sont opposés aux OGM (http://bit.ly/1iU1hUU) mais les interdictions et moratoires sont plus que fragiles. Dans une démarche citoyenne autonome et pacifiste, sera organisée ce samedi 24 mai la troisième journée mondiale contre Monsanto & Co et pour une agriculture saine. Cette journée sera également l’occasion de dénoncer le projet d’accords de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Europe, dans le cadre du GMT (Grand Marché Transatlantique) encore appelés TAFTA ou TTIP.  

Un rassemblement citoyen est ouvert à toutes celles et tous ceux qui veulent la reconnaissance du droit à un environnement sain et réclament une nourriture dépourvue de poisonschimiques !

Rendez-vous à Strasbourg le 24 mai 2014
au Parlement Européen à 14h.
Contact sur place : Bruno Dalpra 06 88 35 60 77

La marche emmènera les opposants à Monsanto & Co et aux OGM jusqu’à la place Broglie ou se tiendra un marché paysan et un village associatif (13h-18h).


Comme l’a montré le vote du 11 février 2014, une majorité d’Etats Européens (19/28) est opposée à la culture de plantes génétiquement modifiées (http://bit.ly/1o2NvkL). Le Sénat a adopté la proposition de loi concernant l’interdiction de culture du maïs génétiquement modifié en France (
http://bit.ly/1iV8MVC). Mais les négociations du GMT pourraient remettre la récente loi française en cause.

« La France a essayé de défendre l’exception culturelle, mais jamais n’a évoqué la question environnementale. Avec le TAFTA, les multinationales pourraient ainsi facilement entamer des poursuites contre des gouvernements européens sur les restrictions, moratoires et interdictions d’importation ou de culture d’OGM.
Les Etats ne choisiront plus leur destin, c’est absolument anti-démocratique !», dénonce Bruno Dalpra, vice-président des Amis de la Confédération Paysanne d’Alsace.

Monsanto commercialise la molécule
glyphosate, l’ingrédient actif de l’herbicide Roundup. Cet herbicide est intimement lié au développement de semences génétiquement modifiées (soja, maïs, coton, colza) dites Roundup Ready, conçues pour vendre et déverser dans les champs toujours plus d’herbicides toxiques.

« Les études montrant les dangers du Roundup sur la santé humaine et l’environnement ne manquent pas. La dernière en date (http://bit.ly/1gAvXp8) lie même le désherbant à l’intolérance au gluten ! »
, explique Bruno Dalpra.

Monsanto utilise tous les moyens pour arriver à nous imposer ses OGM et sa panoplie de pesticides : lobbying intensif (http://bit.ly/QaBevN), publicité mensongère (http://bit.ly/1nlm6bl), muselage des revues scientifiquesEn effet, un ex collaborateur de Monsanto, Richard E. Goodman a été nommé « rédacteur en chef associé »  de la revue Food and Chemical Toxicology après que celle-ci ait publié l’étude Séralini  (http://bit.ly/1iinBpJ). Cette étude de deux ans avait démontré que les rats nourris aux OGM souffraient de lésions sévères au foie et aux reins, qu’ils présentaient un accroissement du nombre de tumeurs et de morts prématurées. Avec la nomination de Richard E. Goodman cette étude a été retirée. (http://bit.ly/1iTYdIo)

Nous, citoyens, ne faisons aucune confiance à Monsanto & Co et aux organismes soudoyés par cette entreprise. En conséquence, nous appelons toutes celles et ceux qui sont en accord avec nos positions, à se joindre à notre mouvement.

Avec le soutien de la Confédération Paysanne d'Alsace, des Amis de la Confédération Paysanne d'Alsace, d’ATTAC, des Colibris 67, d’Indignés de Strasbourg et du collectif citoyens STOP TAFTA Strasbourg.

Le 24 mai, en plus de Strasbourg, d’autres villes en France manifesteront : Brest, Guingamp, Toulouse, Montpellier, Lyon et Nouméa

L’équipe MAM Strasbourg
https://www.facebook.com/MAMStrasbourg

Retrouver le communiqué au format PDF :
https://app.box.com/s/0ilqf2o41mgaqzt4lrxu


March_against_Monsanto_III_fb.jpg


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.