Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 janv. 2022

Agissons 67 demande une table ronde sur l'hébergement d'urgence

L'hébergement d'urgence est pansement. Pour autant, il est un moyen d'agir pour mettre à l'abri des personnes fragiles et à la rue. Hier, essentiellement des personnes seules, aujourd'hui, nous avons de plus en plus de famille avec enfants à la rue. Agissons 67 nés lors du premier confinement de mars 2020, tente de leur venir en aide et font face à des dysfonctionnements récurrents….

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les sujets que je suis, celui de la précarité. 

En contact avec Noureddine Alouane, membre fondateur d'Agissons 67, né durant le premier confinement au printemps 2020, l'association d'entraide a vu son activité se multiplier, notamment au travers de Solidariteam EMS qui fédère de nombreuses associations de quartier et initiatives locales dans l'aide sociale et la solidarité. 
Des activités sociales qui les ont amené progressivement à devoir répondre à des signalements de personnes à la rue, notamment des familles, sans solutions d'hébergement. Un casse-tête sans nom alors qu'il est censé exister un mécanisme d'hébergement d'urgence. Lasse de voir les services de l'État négliger ce qui est de son ressort, Agissons 67 demande une table ronde des différents acteurs sur ce terrain : la préfecture, la ville de Strasbourg, l'Eurométropole et différents services autour de la question, dans une lettre ouverte à lire ci-après : 

J'apporte mon soutien...

J'apporte mon soutien à l'initiative d'Agissons67, aux côtés de Noureddine Alouane pour mettre autour d'une même table tous les actrices et acteurs de l'hébergement d'urgence. Dans ma modeste contribution, j'ai jouer mes connaissances et selon les retours que j'ai, il ne manque plus que madame la Préfète de la région Grand Est et du Bas-Rhin.

Dans les témoignages que j'ai relevé sur Facebook, celui Magali Metzger :

« -3° cette nuit... et toujours des enfants et leurs mères dans nos rues cossues strasbourgeoises. Appel au 115, " désolé, ils ont déjà bénéficié de 2 nuits la semaine passée, il faut rappeler" Pas de trêve hivernale pour les plus démunis... pas de répit pour ces familles. »

Il est temps et urgent de mettre de côté les griefs personnels et de discuter pour trouver des solutions aux dysfonctionnements qui ne sont pas insurmontable.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes