Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

123 Billets

2 Éditions

Billet de blog 27 nov. 2021

Affaire « Hulot » : que faire de la présomption d'innocence quand « je te crois » ?

Les révélations d'Envoyé spécial du jeudi 25 novembre 2021 sur les agressions sexuelles prêtées à Nicolas Hulot font l'effet d'une bombe tant la popularité et le respect du personnage est grand. Au-delà de l'affaire, ce sont toutes les autres déjà révélées et à venir qui doivent faire réfléchir car si "je te crois" quelle est la place de la présomption d'innocence ?

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mise à jour le 27 novembre 2021 à 12h55

Capture du reportage d'Envoyé spécial sur France 2 le jeudi 25 novembre 2021

L'affaire Hulot...

User de sa position de "star" ou de "puissant" pour satisfaire un besoin animal ou pervers... ou ce que vous voulez lui donner comme nom, n'est pas bien, violent... et dégueulasse ! 

Considérer la femme à égale de l'homme

Aujourd'hui, je lis beaucoup de réactions des suites du reportage d'Envoyé spécial de ce jeudi soir. Mais dites-vous que le cas "Hulot" n'est pas isolé, qu'il y a eu d'autres révélations sur d'autres personnalités depuis plusieurs mois et qu'il y en aura certainement d'autres à venir encore, parce que les femmes osent parler de plus en plus. C'est bien. C'est même nécessaire, parce qu'il y a un moment où il faut faire prendre conscience aux hommes que prendre sans avoir l'approbation de l'autre, c'est mal... très mal !
Car parmi certaines gens qui "lynchent", certains hommes qui commentent les révélations chocs sur Nicolas Hulot, par exemple, ont probablement eux aussi profiter à un moment de leur vie de leur statut dominant pour s'octroyer un moment de plaisir sans qu'il y ait forcément eu pénétration. Le plus dramatique, c'est qu'ils n'ont même pas conscience des blessures psychiques qu'ils ont pu causée et surtout, de n'en être même pas conscient ou d'en faire un déni.

C'est peut-être cynique d'écrire ça. Je vais peut-être en faire rire quelques-uns, voire même en énerver... MAIS, notre société à dominante patriarcale à encore du chemin à faire dans le respect entre les personnes et notamment envers les femmes.

Sans un vrai consentement de la femme, c'est commettre une violence et il faut bien comprendre que ces violences existent partout. Nous en portons toutes et tous une part de responsabilité. Non pas que nous soyons des complices, seulement c'est tout un système et notre société entière qui produit des violences sexistes et sexuelles auxquelles il est urgent de mettre un terme.

– en complément : violence sexuelle - analyse :
Les leçons de l’affaire Nicolas Hulot via Mediapart (ed.abonnés)

« Je te crois » vs la présomption d'innocence...

Attention tout de même à ne pas tomber dans le travers de l'excès, parce que s'il y a des hommes manipulateurs, la manipulation n'est pas une perversion uniquement masculine. La frustration, la jalousie ou la déception peut entrainer la fabrique d'un mensonge aux conséquences dramatiques pour celui accusé d'un fait imaginaire ou bien déformé où la justice populaire se fonde sur les paroles d'une personne sans entendre la parole de l'autre. Quand la justice démontre le mensonge, le mal est fait et dans l'esprit de certains, la culpabilité de l'accusé à tort reste en suspicion.
Écrire ça, ce n'est pas pour minimiser les faits d'agression subites par les femmes. « JE TE CROIS » reste un principe important et nécessaire pour libérer la parole des femmes. Toutefois, il faut aussi méditer sur la notion de « présomption d'innocence » du point de vue juridique puisqu'en adoptant le principe de « je te crois » cette présomption tombée.

Au-delà de l'affaire, ce sont toutes les autres déjà révélées sur d'autres personnages et à venir qui doivent faire réfléchir les hommes, moi le premier, sur notre rapport avec les femmes, sans non plus tuer la séduction, le désir et la bienveillance nécessaire à l'harmonie entre les êtres.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz