Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

143 Billets

2 Éditions

Billet de blog 28 mai 2021

Une taxe poids lourds en Grand Est dès 2023 et non peut-être en 2024, voire 2025 !

En vue de « rééquilibrer » le transport routier avec l'Allemagne, le gouvernement a adopté une ordonnance autorisant l’Alsace à taxer les poids lourds. Voilà une nouvelle intéressante. Pour les écologistes, une mise en application est possible dès 2023 en Grand Est alors que Frédéric Bierry, l'actuel président de la CeA, dit pas avant 2024, voire 2025 en Alsace. Pourquoi ?

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

15 ans de perdu et un Contournement Ouest de Strasbourg qui aurait pu être évité !

La publication de l'ordonnance permettant l'instauration d'une écotaxe ou contribution assise sur le transport routier de marchandises est une bonne nouvelle mais généralisons d'emblée la mesure à la grande région, pas seulement à l'Alsace !

Près de quinze années se sont écoulées depuis les revendications les plus structurées. Quel gâchis ! Cela devrait légitiment poser question sur la détermination et le volontarisme de nos élu.e.s alsacien.ne.s, les mêmes ou presque aussi depuis plus de 15 ans !

Aussi, la CeA et la Région Grand-Est doivent absolument se concerter pour définir ensemble un calendrier de mise en application en vertu de la nouvelle ordonnance et de la possibilité pour les régions d'instaurer ce type de redevance :

  • Dès cet été ou en septembre, engager des discussions avec les associations de défense de la qualité de l'air et les transporteurs locaux pour déterminer les tronçons concernés et l'assiette de la future redevance. Car soyons clairs, c'est essentiellement le transit qui congestionne nos routes et est ici visé.
  • Au plus tard en 2023, l'instauration de cette écotaxe dans l'ensemble de la grande région ; car quand on se dit écologiste, on doit souhaiter des changements d'échelle pour les politiques publiques qui améliorent le quotidien des usagers de la route, des riverains ; la problématique concerne aussi le sillon lorrain !

Enfin, autre différence avec nos concurrents de droite, nous souhaitons réinvestir le produit de cette taxe dans l'amélioration de l'offre de mobilités (réactivation de lignes TER, tarification avantageuse, amplitudes horaires), en parallèle d'un moratoire sur les nouveaux projets routiers, véritables puits sans fond.

« Soyez assuré.e.s que les écologistes et la gauche rassemblés sont les meilleurs amis de notre argent public et de l'amélioration de notre quotidien », conclut Cécile Germain-Ecuer sur sa page Facebook. Cécile est tête de liste de la liste alsacienne d'Il est temps pour l'écologie et la justice sociale en Grand Est menée par Eliane Romani, à l'occasion des régionales des 20 et 27 juin 2021.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB